fbpx
Logo Quintesens

Qu’est ce qu’un hydrolat ?

On les appelle “eaux florales” ou “hydrolats” : ces précieux boosters de bien-être unissent les bienfaits des plantes et les vertus purificatrices de l’eau.

Parce qu’elles sont composées de l’eau recueillie après la distillation d’une plante, elles contiennent les mêmes composants et propriétés que l’huile essentielle dont elle est extraite, mais dans des proportions moins élevées.

Ces eaux aromatiques contiennent donc d’infime quantité́ de molécules d’huile essentielle mais assez pour bénéficier des principes actifs de la plante.  Ils sont donc moins concentrés et plus doux, ce qui leur permet d’être utilisés par toute la famille, sans contre-indications et plus particulièrement les jeunes enfants et les femmes enceintes, pour lesquels l’utilisation des huiles essentielles est déconseillée.

Une belle façon de contourner l’utilisation des huiles essentielles tout en conservant certains de leurs bienfaits.

Les eaux florales conseillées pour bébé

Découvrez les eaux florales que nous vous recommandons pour prendre soin des plus petits :

Appliquer une petite compresse imbibée d’hydrolat sur la gencive douloureuse, 2 à 3 fois par jour pendant 3 à 5 jours. Vous pouvez également en vaporiser directement dans la bouche tout en massant les gencives.

A utiliser en spray et vaporiser dans la bouche au départ.

Noter que par voie interne, les posologies varient selon l’âge :

- durant la première année 1/2 cuillère à café par jour dans le biberon suffit.

- à partir de 12 mois, 1 cuillère à café par jour.

Pour les mamans allaitantes, il vous suffira de vaporiser l’hydrolat en question sur vos mamelons juste avant la tétée!

Quelles eaux florales choisir et comment les conserver ?

Toutes les eaux florales ne se valent pas. Il est important de choisir des produits de qualité, biologiques, sans conservateurs et pratiques à utiliser.

Herbes & Traditions propose des eaux florales alimentaires bio et micro-filtrés lors de la production afin d’être garantis sans conservateurs. 

Les références sont pratiques à utiliser au quotidien grâce à une pompe spray. Le dosage peut ainsi être vraiment très précis. Le choix a été fait de flacon verre, présentant de nombreux avantages :  

Pour profiter pleinement des eaux florales, il est important de respecter certaines règles :

  • elles sont à conserver à l'abri de la lumière, de la chaleur et dans un endroit sec.
  • bien se référer à la date limite d'utilisation indiquée sur le flacon.
  • elles sont à conserver au réfrigérateur et à consommer dans les 2 mois après ouverture.
  • il est important d’arrêter de les utiliser au moindre changement d’aspect ou d’odeur

L’éternelle question : comment maigrir durablement ?  Comment perdre ces kilos superflus qui affectent notre santé quand ce n’est pas aussi notre moral ?
Il n’existe pas de réponse simple et univoque. En effet, nous ne sommes pas tous égaux il existe une grande variabilité face à la perte de poids qui dépend de différents paramètres caractéristiques et profils individuels.
Plusieurs facteurs rentrent en compte dans la perte de poids :

 
Le régime restrictif
Haro sur le régime restrictif et le « maigrir vite » ennemis de la perte de poids ! Certes on perd du poids rapidement, mais ces régimes se terminent toujours par une reprise de poids plus importante et plus rapide que la perte. C’est le redoutable « effet yoyo ».
De surcroit, ces régimes sont mauvais pour la santé et s’ajoutent souvent à la reprise de poids les problèmes liés à la restriction, on retrouve :

Comment maigrir durablement ?

Il n’y a pas une, mais des façons de mincir comme il n’y a pas un individu, mais des individus avec leur singularité spécifique. Pour savoir comment maigrir, il est donc indispensable de respecter certains principes :

 
En conclusion
La perte de poids ne peut pas être standardisée et/ou restrictive, elle doit être personnalisée et en adéquation avec les besoins nutritionnels essentielle au bon équilibre du corps.
Pour se faire il faut prendre le temps d’étudier le comportement alimentaire de la personne et d’adapter sa perte de poids a son profil.
Il est indispensable de se renseigner et de se faire accompagner par un professionnel de santé. Il existe également différents programmes adaptés, comme par exemple le programme sur-mesure my-nutri imaginé par Laetitia ANSALDI. Ce programme s’adapte à la personne dans son ensemble en veillant à la couverture de tous ses besoins en nutriments. Au sein de ce programme, Laetitia recommande d’ailleurs nos huiles et vinaigrettes Quintesens, car en plus d’être parfaitement équilibrées et adaptées, leurs saveurs subtiles apporteront une touche de plaisir à l’objectif de perte de poids.

 
 

Article réalisé par Laetitia ANSALDI

Diététicienne Nutritionniste

Fondatrice du programme my-nutri.com

Siteweb : my-nutri.com

Instagram : @laetitia_mynutri 

Facebook : my.nutri.france

L’association Slow Cosmétique 
Créée en 2012 par l'aromathérapeute et cosmétologue belge Julien Kaibeck, la slow cosmétique est une Association engagée qui prône une nouvelle cosmétique sensée qui repose sur 4 piliers :

Éloignée des codes de la cosmétique conventionnelle, la slow cosmétique répond à des besoins réels de la peau (nettoyage, hydratation et protection) grâce à des produits conçus avec des ingrédients réellement bénéfiques et efficaces. Exit les ingrédients inertes, inactifs, inutilement transformés ou néfastes pour la santé, la slow cosmétique fait quant à elle la part belle aux matières naturelles et actives (huiles bio…).

En slow cosmétique, on lutte contre les pièges du marketing : on n’incite pas à la surconsommation de produits et on ne fait pas de sur-promesses ! Au contraire, on évite de créer de nouveaux besoins pour la peau et on réduit au maximum les produits et gestes nécessaires à une peau en bonne santé.​

La slow cosmétique défend des produits cosmétiques développés et utilisés dans le respect de l’environnement avec des ingrédients naturels et biologiques les moins transformés possible, de préférence issus de circuits cours. Ceux provenant de la chimie de synthèse ou issus de l’exploitation animale provoquant la mort, ainsi que les ingrédients potentiellement polluants pour l’environnement ne sont pas les bienvenus, voire carrément bannis !

Les valeurs de la slow cosmétique sont globales, l’aspect humain est pris en compte avec le respect du consommateur sous toutes ses formes. On doit lui expliquer au maximum les bénéfices des actifs utilisés et ne pas lui proposer des produits toxiques. Les publicités ne doivent pas être retouchées pour ne pas tromper le consommateur et les produits doivent être vendus à un prix équitable et raisonnable.
Pour accompagner les consommateurs dans leur rituel de beauté, la slow cosmétique prodigue de nombreux conseils via son site éponyme où elle encourage la cosmétique home made et défend les marques lauréates à la mention slow cosmétique que l’on retrouve sur une place de marché.
La Mention Slow Cosmétique, c’est quoi ?
L’Association récompense et soutient aujourd’hui 148 marques de cosmétique qui répondent à la charte de L’Association via des produits de qualité, plus sains et plus écologiques, à travers la mention Slow Cosmétique. Ces marques lauréates se voient attribuer 1 à 3 étoiles selon un système de notation qui ressemble à celui du guide Michelin.


« Il ne suffit pas qu'un cosmétique soit bio pour changer le monde,  il faut que l’entreprise qui le propose soit engagée ou innove dans le bon sens ! »
 
Chez Quintesens, nous avons notre petite marque coup de cœur : Les Happycuriennes
Avec son concept de cosmétique minimaliste, Les Happycuriennes est une marque joyeuse de soins bio et vegan qui s’inscrit dans la philosophie de la slow cosmétique : elle a d’ailleurs reçu la mention avec 2 étoiles sur 3. Pourquoi ? On vous explique.
Les Happycuriennes propose une vision de la beauté naturelle, bienveillante et positive portée par sa communauté co-créatrice de plus de 700 femmes, une 1ère mondiale !



Les Happycuriennes repose sur un rituel de beauté très minimaliste et ultra qualitatif avec une ligne courte de 4 soins premium « 3 en 1 » (visage, contour des yeux, matin et/ou soir) adaptés aux différents types et états de peau, qui comblent 100% des besoins du quotidien : La Joyeuse pour peaux normales à mixtes, L’Optimiste pour les peaux sèches à sensibles, L’Audacieuse pour les peaux fatiguées et stressées et La Re-belle, sérum slow-âge pour les 1ères rides à peaux matures.
Pour les besoins spécifiques, les soins peuvent s’utiliser en duo (un le matin à compléter par un autre le soir) mais la fondatrice déconseille la superposition de soins sur le principe de la slow cosmétique. Ils sont tellement concentrés en actifs, qu’une seule dose suffit à l’application !
Vraiment made in France, les produits sont “formulés à froid” pour ne pas dénaturer le cocktail d’actifs issus de 5 plantes récoltées dans le Sud-Ouest. Les Happycuriennes bénéficie d’une éco-socio-conception poussée, soutenue par l’ADEME, avec une démarche pionnière « zéro déchet » via la collecte et le recyclage de ses flacons vides.
 
 

Vous avez déjà entendu parler d'aromathérapie ? D'huiles essentielles ? Vous ne savez pas exactement ce que c'est ? Voici quelques bases qu'il faut avoir sur cette médecine « douce » très en vogue ces dernières années.
L'aromathérapie est une approche thérapeutique qui utilise les extraits aromatiques des plantes (les essences ou huiles essentielles) pour soigner naturellement le corps humain à trois niveaux : physique, nerveux, et émotionnel. Les huiles essentielles sont connues et utilisées à des fins thérapeutiques depuis la nuit des temps par les anciennes civilisations. Elles sont très concentrées en principes actifs puissants qui leur confèrent une forte activité biologique.

Comment choisir ses huiles essentielles ?
Mais devant la diversité de toutes ces huiles essentielles, il n'est pas simple de s'y retrouver. Quelles huiles utiliser, quand, comment ? Les huiles essentielles que vous sélectionnerez pour vous soigner doivent être garanties « 100% pures et naturelles » indiquant que l'huile essentielle est non modifiée ou diluée, rectifiée ou reconstituée. Il faut également privilégier les huiles essentielles issues de cultures Biologiques. Elles vous garantissent l'absence de tout résidu de pesticides ou autres traitements de la plante. Surveillez bien que sur l’emballage il est indiqué le numéro de lot permettant d’assurer la traçabilité du produit, la date limite d'utilisation après ouverture, les coordonnées du fabricant et la contenance. Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie orale, cutanée ou par diffusion mais elles ont chacune des préconisations selon les molécules qu'elles contiennent. On utilisera ainsi certaines plutôt par voie orale que par diffusion, alors que d’autres ne seront utilisées que par voie cutanée. Selon les bienfaits que vous recherchez, vous sélectionnerez l'huile essentielle appropriée…par exemple, l'huile essentielle d'orange douce et de lavande pour s’apaiser et se détendre ; l'huile de ravintsara à cinéole pour les infections virales ; l'huile de menthe poivrée contre les maux de tête ou pour tonifier l'organisme….
Les précautions à prendre
Les principes actifs des huiles essentielles leur confèrent une forte activité biologique mais également une certaine toxicité. Cette toxicité est due aux caractéristiques physicochimiques des molécules aromatiques : une petite taille, une liposolubilité ainsi qu'une rémanence dans les tissus graisseux (comme le système nerveux). Il y a alors certaines précautions à prendre lorsque l'on utilise les huiles essentielles, que ce soit par voie orale, cutanée ou bien par diffusion. En cas de doute ou d'interrogation sur l’utilisation des huiles essentielles, n’hésitez pas consulter un aromathérapeuthe ou à vous adresser au fabricant.
D'une manière générale, la diffusion et l'inhalation d'huiles essentielles sont déconseillées chez les personnes asthmatiques, épileptiques ainsi que les jeunes enfants et les personnes âgées. D'ailleurs, il ne faut pas associer les huiles essentielles et les traitements médicamenteux sans avis médical. Les huiles riches en phénols (clou de girofle, feuilles de piment) peuvent être irritantes en particulier pour les voies respiratoires et ne sont pas préconisées à la diffusion ou à l'inhalation. Il est possible de les employer en diffusion en faibles quantités, mélangées avec d’autres huiles essentielles moins agressives (agrumes, lavande vraie par exemple). Les huiles essentielles riches en cétones (camphre, absinthe, thuya) ne doivent pas être diffusées notamment en présence d’enfants car ils présentent une toxicité neurologique élevée. Pour une application cutanée ou sur les muqueuses, les huiles essentielles doivent impérativement être diluées dans une huile végétale et ne jamais être utilisées pures. Il faut bien se laver les mains après les avoir manipulées. Les huiles essentielles ne doivent pas être appliquées sur les yeux, le contour des yeux, ni dans les oreilles. Les furocoumarines présentes dans les huiles essentielles des zestes d’agrumes confèrent une photosensibilisation après exposition au soleil. Il est donc recommandé de ne pas s’exposer au soleil pendant les 6h qui suivent l'application cutanée de ces huiles.

Les femmes enceintes et les bébés
D'une manière générale, l'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes. Sauf avis médical, il est déconseillé d’utiliser les huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans. Pour les enfants de plus de 3 ans, l'utilisation doit se faire en suivant les recommandations de votre thérapeute.
L'aromathérapie accessible à tous, est-ce possible ?
Une fois que ces précautions sont acquises, la bonne utilisation des huiles essentielles apporte naturellement à l’organisme des nombreux bienfaits. Une première séance d'aromathérapie et il devient difficile de s’en passer !
Soucieux de faciliter et de rendre accessible à tous l'utilisation des huiles essentielles, tout en profitant au maximum de leurs bienfaits, la start-up Aixoise Aroma Therapeutics a développé l'AromaCare, le compagnon santé de tous ceux et celles qui cherchent des moyens naturels pour prendre en charge certains « maux » du quotidien et pour améliorer leur bien-être et leur qualité de vie.


Le principe est simple : l'AromaCare propose des séances individuelles d'aromathérapie à l'aide de capsules d'huiles essentielles prêtes à l'emploi. Chaque capsule contient un mélange bien spécifique d'huiles essentielles 100% pures, naturelles et biologiques et un programme santé associé avec une variation de diffusion spécifique à chaque recette. Il suffit simplement d'insérer la capsule de son choix dans l’appareil puis de lancer sa session bien-être de 20 minutes pour profiter de ces recettes élaborées. L'AromaCare propose 6 séances d'aromathérapie « prêtes à l’emploi » grâce aux capsules Sommeil, Calme, Tonique, Respire, Mémoire et Pollen. Sa plus-value ? Les synergies d’huiles essentielles contenues dans les capsules sont utilisées avec succès par des professionnels de la santé grâce aux nombreuses collaborations d'Aroma Therapeutics avec des centres hospitaliers, structures médicalisées et cabinet médicaux. L'AromaCare fonctionne en diffusion sèche. Un ventilateur propulse de l’air à travers les capsules qui contiennent des billes de polymères imprégnées d'huiles essentielles. Ces billes sont 100% recyclables et adaptées pour les huiles essentielles.Les utilisateurs experts en aromathérapie ont, en plus, le choix d’une capsule « Blanche » qu'ils peuvent remplir avec leurs propres mélanges d'huiles et personnaliser les paramètres des séances (intensité de diffusion, durée etc.). Il est nomade et peut être apporté partout grâce à sa batterie. Une application mobile permet de piloter l'AromaCare mais sert également d'interface d'information (huiles essentielles, conseils personnalisés) et de communication pour les utilisateurs.

Chez Quintesens, nous soutenons les projets utiles qui permettent de manière simples d'apporter bien-être et confort aux gens. L'AromaCare permet aux néophytes de découvrir sans risque et de manière autonome l’univers de l’aromathérapie. Vous retrouverez leurs produits en précommande sur KissKissBankBank : http://po.st/PrecommanderAromacare

Le gras pour Bébé. Oui mais du bon !
La peur du gras pour Bébé, une erreur lourde de conséquences !
D'après la nutritionniste Patricia Boulos, "A partir de 12 mois, le bébé est souvent à tort considéré comme un adulte en miniature, avec une introduction trop précoce de certains aliments inadaptés."
Ainsi, en Europe, 80% des enfants auraient des apports en lipides inférieurs aux recommandations de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).
Ce phénomène s'expliquerait notamment par la lipophobie, autrement dit la peur inconsidérée du gras.
Pourtant, les lipides sont indispensables à la croissance de Bébé. En effet, les besoins en gras du petit sont proportionnellement beaucoup plus importants que les nôtres.
Il faut ainsi prendre en compte le fait qu'un bébé a besoin de 3 fois plus de lipides qu'un adulte proportionnellement à son poids corporel. Vers l'âge de 1 an, le cerveau de Bébé a déjà atteint les 2/3 de sa taille adulte, et comme cet organe est constitué de plus de 50% de gras, il faut donc le nourrir de bon gras pour assurer son bon développement !
Le gras remplit chez Bébé également de nombreuses fonctions essentielles : apports en énergie, apports en nutriments essentiels, assimilation des vitamines… Les lipides servent aussi à développer la vue.
Par ailleurs, le lait maternel étant naturellement riche en matières grasses (45%: Oméga-3 et DHA), Bébé risque de manquer de ce gras indispensable au moment de la diversification alimentaire. Il faut donc continuer à le lui apporter par l'alimentation, mais ce n’est pas évident car les aliments qui en contiennent ne sont pas très présents dans l'alimentation de Bébé (noix, mâche, poissons gras, algues).
Tous les gras ne se valent pas.
Bien que le gras soit essentiel à la santé de Bébé, il faut noter que tous les gras (et donc toutes les huiles) ne se valent pas.
La distinction principale se fait entre les acides gras saturés et les acides gras insaturés :

Deux huiles en contiennent tout particulièrement : l'huile de palme et l'huile de coco, et malgré les idées reçues, elles peuvent se montrer nocives si elles sont consommées en excès (problèmes cardio-vasculaires, obésité…).

Quant à l'huile d'olive, largement identifiée au régime crétois, elle reste très insuffisante pour Bébé bien qu'elle ne soit pas nocive. En effet, elle ne contient pas les acides gras essentiels les plus importants pour sa santé : Oméga-3, Oméga-6, DHA, et pas assez de Vitamine E. De plus, elle a tendance à typer le goût des aliments en pleine période d'éveil. Il vaut donc mieux limiter sa consommation pour Bébé.
Le bon gras, l'ami de Bébé
On l'aura compris, la construction des cellules de Bébé nécessite des apports considérables en lipides (préalable à une bonne croissance et à un développement normal, ils permettent aussi d'exhausser les goûts et les arômes).
Le DHA, aussi appelé acide cervonique, constitue plus de 20% des acides gras des membranes neuronales. Chaque semaine, les besoins en DHA varient entre 4 et 5 mg pour le cerveau de Bébé. Le DHA est d'une importance primordiale pour les performances cognitives et permettra à Bébé d'avoir un bon sommeil et un bon apprentissage.
Ce bon gras, essentiel à la santé de Bébé, est cependant plus difficile à trouver dans notre alimentation moderne que les autres gras. Cela est en partie dû au fait que l'on le retrouve principalement dans les poissons gras (thons, saumons, harengs, sardines, maquereaux,…) et certaines algues, des aliments trop peu consommés chez les enfants européens.
L’huile « Bébé » Quintesens représente une solution saine, naturelle et pratique pour apporter naturellement dans l’assiette de Bébé les nutriments essentiels dont il a besoin au quotidien pour bien grandir.

Si l'importance d'un régime alimentaire sain et équilibré pendant la grossesse et l’allaitement ne fait plus aucun doute, l’importance du DHA au sein de ce régime est encore peu connue.
Le DHA ? Qu’est-ce que c’est ?
Le DHA (acide docosahexanénoïque) est un Acide Gras Essentiel qui appartient à la famille des Oméga 3.
Tout le monde a entendu parlé des Oméga 3. Ces fameux nutriments que l’on trouve dans certaines matières grasses et qui appartiennent à la famille des acides gras Polyinsaturés.
Et bien, tous les Oméga 3 ne se valent pas. Il est donc important de les distinguer. Le DHA un Oméga 3 à chaine longue très spécifique que l’on ne trouve QUE dans les poissons gras et certains crustacés.
Les Oméga 3 sont dits « Essentiels », car notre corps ne sait pas les synthétiser lui-même. Il faut donc obligatoirement les lui apporter par l’alimentation. Nos apports en Oméga 3 vont donc exclusivement dépendre de la qualité de notre alimentation.
Le problème est que peu d’aliments contiennent des Oméga 3… et comble de malchance, la majorité de ces aliments ont progressivement été éliminés de nos assiettes par l’industrie agro-alimentaire. Les meilleures sources d’Oméga 3 d’origine « Végétale » sont le colza, le lin, la cameline, le chanvre, la noix mais aussi la salade de mâche.
Les meilleures sources d’Oméga 3 d’origine marine sont les poissons gras tels que la sardine, le maquereau, le hareng, le saumon, le thon… C’est dans les poissons gras que l’on trouve l’indispensable Oméga 3 DHA !
Et si l’on s’inquiète tous aujourd’hui de la présence de métaux lourds et autres contaminants dans les poissons, sachez qu’une carence en DHA est beaucoup plus préjudiciable pour l’organisme que digérer quelques nanogrammes de contaminants. Le corps a appris à gérer un contaminant (quand on voit l’air que l’on respire et le nombre d’additifs chimiques et de pesticides que l’on avale chaque année…) alors qu'il ne sait absolument pas gérer et compenser une carence en DHA.
Le DHA ? A quoi ça sert ?
Le DHA est le plus méconnu mais probablement un des nutriments les plus important pour la construction de notre capital santé. Il a fait l’objet de plus de 25 000 études cliniques et est le seul nutriment à bénéficier de plusieurs allégations santé au niveau mondial.
Egalement appelé « Acide cervonique », le DHA (acide docosahexanénoïque) règne en maitre sur le bon développement et le bon fonctionnement de notre cerveau. Il assure en effet un rôle majeur dans les connexions neuronales favorisant ainsi nos capacités cérébrales (mémoire, éveil, concentration, sommeil…) et limitant les risques de pathologies tels qu’un déclin cognitif précoce (Alzheimer).
Le DHA influe sur notre système nerveux mais également conditionne la qualité de notre vue. Il est en effet indispensable au développement et au renouvellement de nos photorécepteurs rétiniens.
Enfin, il joue un rôle majeur sur le plan cardiovasculaire (bon fonctionnement cardio-vasculaire, régulation du cholestérol…) et assure la bonne fluidité de nos membranes cellulaires.
Un rôle encore plus important pendant la grossesse : un apport suffisant en DHA permet de limiter le risque d’accouchement prématuré, et ainsi d’assurer le bon développement de l'enfant (2). De plus, il contribuera à limiter les baisses de moral pouvant être liées à la grossesse, et notamment le « baby-blues » après l’accouchement.
Cerveau, vision, système nerveux, cœur, cellules… on comprend désormais l’importance d’apports suffisants en DHA notamment pendant la grossesse, l’allaitement mais aussi pendant les premières années de vie de l’enfant… les années ou tout se construit pour le reste de sa vie.
Le DHA, un Oméga 3 essentiel pour la santé de Bébé.
Pendant les 4 premières années de sa vie (de la grossesse à ses 3 ans), un Bébé a des besoins en matières grasses 3 à 5 fois plus élevés que chez l'adulte. Contrairement aux idées reçues, les matières grasses doivent représenter jusqu'à 50% de ses apports énergétiques totaux.
Pas question donc de mettre une croix sur le gras pendant la grossesse, l’allaitement et dans les purées de Bébé.
Seulement, tous les gras ne se valent pas. Pendant cette période de construction, bébé a besoin d’apports importants en Oméga 3 végétaux mais aussi en Oméga 3 d'origine marine de type DHA.
Des apports adaptés en DHA vont permettre d’optimiser le bon développement du cerveau, de la vision et du cœur de Bébé pour qu’il bénéficie ainsi du meilleur potentiel santé possible.
Chez les Futures Mamans, une vigilance sur la consommation de DHA est essentielle dès le début de la grossesse et surtout à partir du troisième trimestre de grossesse et pendant toute la période d'allaitement (si vous décidez de ne pas allaiter, il convient d’ajouter une goutte d’huile riche en DHA dans chaque biberon de lait adapté).
Les études ont montré qu’un apport optimisé en DHA au cours de la grossesse et de l'allaitement favorisait de meilleures facultés intellectuelles et psychomotrices chez l’enfant. Le risque de développer des maladies chroniques au cours de la vie sera également limité par une bonne consommation de DHA pendant la grossesse et les premières années de l’enfant.
Une consommation de DHA très insuffisante en France !
Malgré son importance fondamentale pour la santé du fœtus et du nourrisson, le DHA est pourtant délaissé par les françaises. En effet, celles-ci font partie des mamans qui consomment le moins de DHA dans le monde, au côté des Pakistanaises, des Sud-Africaines rurales, des Canadiennes et des Hollandaises (1).
Tout comme le reste des acides gras polyinsaturés, le DHA ne peut pas être produit par le corps humain. La mère étant l'unique source de DHA pour le fœtus, il lui revient d'en consommer en conséquence pour éviter un déficit chez Bébé mais surtout une carence pour elle-même (le Bébé sera toujours prioritairement alimenté en DHA au détriment de la mère).
Il est donc recommandé pour la femme enceinte de consommer du poisson deux fois par semaine, et du poisson gras de préférence, afin d'obtenir les bons apports en DHA et bien entendu de bannir la consommation d’alcool et de cigarette qui en plus d’être nocifs présentent la particularité de diminuer l’assimilation du DHA.
Si la consommation de poissons gras n’était pas possible ou souhaitée pendant la grossesse, il conviendra alors de se supplémenter en capsules d’huiles de poissons gras (veiller à ce qu’elles soient riches en DHA et garantie EPAX) ou de consommer des mélanges d’huiles alimentaires adaptées à la grossesse et l’allaitement.
Les huiles Quintesens sont une alternative saine, naturelle et pratique. Les mélanges « Futures Mamans » et « Bébé » contiennent de l’huile de poisson désodorisée et filtrée, et ont été spécifiquement formulés pour satisfaire les besoins en nutriments essentiels (en DHA mais aussi en Oméga 3 et Vitamine E) de la femme enceinte et allaitante et de son bébé.
Sources:
1) Brenna JT, Varamini B, Jensen RG, et al.(2007). Docosahexaenoic and arachidonic acid concentrations in human breast milk worldwide. Am J Clin Nutr, 85, 1457−1464.
2) Olsen SF, Secher NJ, Tabor A, et al. (2000). Randomised clinical trials of fish oil supplementation in high risk pregnancies. Fish Oil Trials in Pregnancy (FOTIP) Team. BJOG, 107, 382−395.

Tout d'abord, pour essayer de remédier aux vergetures, il faut savoir ce que c'est ! La vergeture est le nom donné au derme qui craque, c’est une déchirure, comme une coupure. Cette déchirure peut arriver pour de multiples raisons ; perte de poids, gain de poids , sport pratiqué à outrance, ou encore…Attendre un petit loup.
Les vergetures se présentent sous diverses formes ; elles peuvent mesurer de quelques centimètres de longueur jusqu'à plusieurs dizaines de centimètres ! La profondeur de la déchirure va également déterminer l'épaisseur de la marque. Pendant la grossesse, elles se font tardives, contrairement à des prises de poids rapides qui pourraient les faire apparaître, mais ici elles ne se manifestent généralement que vers le 8ème ou le 9ème mois. C'est à ce moment que l'élasticité de la peau arrive « à ses limites » ; heureusement qu'une grossesse ne dure pas aussi longtemps que celle des éléphants, soit 20 à 22 mois ! Ouf !
Le problème des vergetures, c'est qu’elles sont beaucoup plus difficiles à faire partir une fois installées ! La solution reste donc de prévenir plutôt que guérir, comme dit l’adage, et de suivre quelques conseils dès le début de la grossesse :

Les vergetures restent une conséquence directe de la prise de poids, même si c'est parce qu’un bout de chou est en train de se former à l’intérieur ! Une prise de poids dite « normale » pendant la grossesse correspond à environ 10 à 14 kilos . Pendant ces 9 mois il faut manger équilibré et diversifié, afin d'être au top de sa forme quand votre bébé pointera le bout de son nez !

Ce sont des incontournables de la grossesse, les crèmes/huiles anti-vergetures . Suivant la marque, leur efficacité peut être remise en cause. Cependant, ce qu'elles apportent en général est une bonne hydratation de la peau, essentielle lorsque celle-ci est mise à rude épreuve pendant la grossesse. N'hésitez pas à vous diriger vers des huiles plutôt que des crèmes, leur pénétration étant plus efficace. De plus, elles permettent un massage plus prolongé, les mouvements circulaires contribuant également à l'élasticité de la peau.

Le soleil, on le sait, n'est pas optimal pour la peau. A petite dose, il a été démontré qu’il était bon pour le moral, et nous donne une meilleure mine. Puis, il nous permet également de faire le plein de Vitamine D. Cependant, la grossesse nous amenant dans une période un peu plus fragile, il vaut mieux en profiter tout en étant protégées. De plus, le soleil sur les vergetures déjà présentes risquerait de les pigmenter. De plus, le soleil augmente le risque de masque de grossesse (pigmentation de la peau au niveau du visage). A éviter donc, ou alors très bien protégée !

On ne le répète jamais assez, et on ne boit d’ailleurs jamais assez ! La dose recommandée d'eau par jour est d’environ 2 litres d'eau. On entend souvent que les femmes enceintes « mangent pour deux », mais avez-vous pensé à « boire pour deux » ? Bon, peut-être pas 4 litres d’eau par jour, mais restez bien hydratées ! Une bouteille dans le sac, ou sur le bureau, afin de vous en souvenir tout au long de la journée ! Si vous avez assez de boire de l'eau tout le temps, ajoutez un peu de jus de citron, c’est aussi un anti-oxydant naturel et un brûle-graisse ! Vous pouvez aussi consommer des tisanes, il existe même des mélanges « spécial grossesse et allaitement ».

Oui, vous avez bien lu ! Certaines huiles sont comestibles, et plus efficaces de l'intérieur. L'huile debourrache, par exemple, très utilisée dans les cosmétiques anti-âge pour ses propriétés hydratantes, est très efficace pour prévenir la déchirure du derme de l'intérieur. En effet, lorsque la peau craque, elle craque de l’intérieur, mais malheureusement les marques sont quand même visibles à l’œil nu. Ce que l'on voit c’est l'épiderme, mais ce qui a craqué à la base c’est le derme. Si le derme est bien préparé et soigné, la déchirure sera donc peut-être évitée ou moins importante. Le mélange d’huiles Quintesens « Futures Mamans » vous apporte plusieurs nutriments indispensables au quotidien tout au long de votre grossesse et durant la période d'allaitement (Oméga-3, Oméga-6, Oméga-9, DHA et Vitamine E), et contient également de l'huile de Bourrache pour préparer et protéger votre peau pendant cette période où elle est extrêmement sollicitée !

Et vous, quels sont vos secrets de beauté pour éviter les vergetures ?

Mange prie aime, c’est le titre d’un film, mais ces 3 impératifs pourraient se décliner ici, dans ce sujet sur le bien être des femmes enceintes, avec la même évidence.

1/ Mangez

Prenez sereinement conscience de ce que vous avalez, car votre alimentation est votre principale source d’énergie extérieure. Observez les aliments qui vous font du bien et ceux qui vous causent des dérèglements. Soyez attentives à ce dont vous avez besoin. Simplifiez-vous votre quotidien en ajoutant à vos plats le mélange d’huiles « Futures Mamans » de Quintesens qui est justement adaptées à vos besoins.

2/ Priez

Méditez sur la vie, celle en vous et à venir, cette vie qui se crée et se transforme et dont vous nourrissez les espoirs. Prenez le temps de compiler vos réflexions dans un carnet en les enrichissant de vos lectures. Commencez à dessiner ce projet qui est en gestation et qui va bientôt changer votre vie.

3/ Aimez

Profitez de l’instant présent. Projetez de l’amour vers les autres, mais plus important que tout : Aimez-vous ! Aimez ce corps qui change, aimez cette femme qui évolue, aimez cette force en vous qui prend racine. Pour vous aider à vous sentir bien dans votre corps, glissez-vous dans une combinaisonMoodkit. Cette marque de vêtements de grossesse , a conçu une collection de vêtements seconde peau ultra confortables et protecteurs qui soutiennent le corps et le moral des femmes pendant toute leur grossesse… Un vêtement modulable qui s’adapte à vous pour que vous vous sentiez bien dans votre corps et dans votre tête… Nous avons eu envie de vous présenter leur dernière vidéo dont nous aimons l’esprit : Mettre en valeur la femme malgré toutes les peurs qui la traversent pendant lagrossesse, notamment la peur du regard sur son corps. Une belle déclaration d’amour !
https://www.youtube.com/watch?v=Hs2rPn8YxgQ

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: 25 à 40% des bébés connaîtront des problèmes de régurgitations. La régurgitation est souvent quelque chose qui inquiète les parents, mais faut-il s'en inquiéter au point de consulter son pédiatre?

La première étape: différencier les comportements de Bébé

Rassurez-vous! Dans la plupart des cas, ces régurgitations n'ont pas de conséquences graves. Il faut tout d'abord bien qualifier ce dont il s'agit : vomis, rejet, reflux gastro-oesophagien; ces termes ne sont pas synonymes!
Le rejet est un renvoi du lait non digéré, alors que les vomissements correspondent à des aliments qui ont commencé à être digérés .
Le reflux gastro-oesophagien quant à lui, est une régurgitation qui se traduit par des remontées d'une partie du contenu gastrique dans l'oesophage, puis dans la bouche. Ce sont des remontéesabondantes, accompagnées parfois d'un peu de sang. Contrairement aux 2 types précédents, le refluxest gênant pour l'enfant, et va avoir comme conséquences des pleurs et des refus des biberons. Il peut ainsi entraîner un ralentissement de la prise de poids. A quoi ce phénomène de régurgitation est-il dû ? Le coupable est le sphincter inférieur de l'oesophage! N'étant pas totalement formé chez tous les bébés, il ne joue parfois pas entièrement son rôle de " retenir" la nourriture dans l'estomac pendant la digestion.

Quelles sont les solutions pour en finir avec les régurgitations?

Pour limiter tout reflux, nous vous conseillons de maintenir bébé allongé et incliné à 30-40° pendant sa digestion. Ni trop debout, ni trop allongé! Les vêtements de bébés et sa couche ne doivent pas être trop serrés afin qu'il soit à l'aise. Côté alimentation, certains aliments ont tendance à favoriser les reflux: si votre bébé a commencé sa diversification mais continue les reflux, il faut penser à éviter les aliments qui favorisent l'irritation de l'estomac comme les jus de fruit ou le chocolat.
Enfin, un lait plus épais peut éviter les reflux; il existe des laits dits "anti-reflux", ou si vous préférez le faire vous-même, certaines farines adaptées pour Bébé permettent un épaississement "maison", comme la farine dite " diase" ou "diastase".

Conclusion

Les régurgitations, vomis et autres reflux gastro-oesophagiens doivent rester des comportements occasionnels. S'ils deviennent chroniques et qu'à chaque repas votre enfant a des remontéesabondantes, il est alors préférable de consulter votre pédiatre ou votre naturo-pédiatre !

Rejoignez la révolution

Nous vous partageons régulièrement nos recettes et actus engagées !
Picto Instagram
Visuel poing révolution Quintesens
chevron-downcross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram