Logo Quintesens

On a tous entendu parler de spiruline, on a vaguement en tête sa couleur verte si particulière et qu’il s’agit d’un « superaliment ». Mais au fond… la connait-on vraiment ?  
Les magazines la présentent comme le superaliment par excellence, c’est un incontournable des smoothies bowls sur Instagram… La spiruline est partout ! Mais s’agit-il d’un simple effet de mode, ou cette petite algue verte est-elle à la hauteur de son illustre réputation ?

Commençons par un peu d’histoire…

La spiruline est une bactérie, une cyanobactérie plus exactement ce qui la situe entre l’algue et la plante. On l’appelait autrefois "algue bleu-vert" en raison de cette couleur si caractéristique. Observée au microscope, elle ressemble à de petites spirales vertes qui lui ont valu son nom !
Apparues sur terre il y a environ 3,5 milliards d’années, elles font partie des micro-organismes les plus anciens de la planète. C’est ce fameux pigment bleu-vert, la phycocyanine, qui lui permit d’extraire l’hydrogène de l’eau, lui permettant d’absorber l’énergie solaire pour se construire, rejetant ainsi le dioxygène qui devint petit à petit le gaz dominant de l’atmosphère terrestre, créant ainsi la photosynthèse. On lui doit donc l’air que nous respirons !
Elles sont cultivées depuis des siècles, voire des millénaires : utilisées par de nombreux peuples dans l’Antiquité, les Aztèques… on est donc loin d’un effet de mode de remède miracle !

Où la trouve-t-on ?

La spiruline à l’état naturel se développe en climat tropical, dans les eaux chaudes, stagnantes et peu profondes : on la trouve dans des lacs salés en Afrique (Tchad, Ethiopie, Tunisie), en Asie (Inde, Sri Lanka, Thaïlande) et en Amérique du Sud (Mexique, Pérou).
Cependant il n’existe que très peu de lieux où l’on peut trouver une spiruline véritablement « naturelle » car le milieu naturel peut permettre une contamination, notamment due à la pollution industrielle ou urbaine. Par exemple, les récoltes en bordure du lac Tchad bien connu pour sa spiruline sont affectées par une accumulation de métaux lourds causées par la rétractation du lac du fait d’une captation trop forte des eaux avec le développement de l’irrigation.
 
Le moyen fiable pour s’assurer du niveau de qualité de la spiruline est donc la culture. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la consommation de spiruline se développe autant : la spiruline est l’une des seules microalgues qui puisse être facilement cultivée sans risque de contamination, il est possible de la faire pousser dans des conditions qui ne plaisent à peu près rien d’autre, dans un milieu à la fois très alcalin et très salin qui assure l’intégrité de la culture. Sa culture implique peu d’eau (vingt fois moins que la culture céréalière !) et elle a un taux de rendement important. Il même possible depuis quelques années de trouver de la spiruline française !

Focus sur ses bienfaits

Si cette petite algue bleue fait autant parler d’elle, c’est qu’elle a une densité nutritionnelle exceptionnelle : elle contient l’ensemble des nutriments essentiels, à l’exception de la vitamine C. Principalement constituée de protéines, elle contient tous les acides aminés essentiels à notre organisme. Mais ce n’est pas tout : elle est également riche en vitamines, en minéraux et en composés actifs ayant des effets bénéfiques sur notre santé.
Si l’on regarde cette composition de plus près :

Comment l’intégrer à son quotidien ?

La dose standard de spiruline recommandée est de 3 grammes par jour.
La spiruline peut s’intégrer très facilement à la cuisine du quotidien : en paillettes, elle peut se saupoudrer en topping pour agrémenter les salades, pâtes… jusqu’aux desserts ! En poudre, elle se marie remarquablement aux smoothies, milk shakes et jus réalisés à l’extracteur pour un véritable cocktail de bienfaits.
Si vous n’arrivez pas à vous faire à ce goût particulier : les comprimés vous simplifieront la tâche !
Quelle que soit la forme, attention à choisir votre spiruline bio, bien sûr, mais également « raw » pour une meilleure conservation de ses nutriments. Grâce à une température de séchage inférieure à 42°C, les réactions enzymatiques et d’oxydation sont essentiellement éliminées, ce qui permet de conserver ses bienfaits.

Bon marché, écologique, riche en protéines et en minéraux, la lentille est un des meilleurs alliés des végétariens. Et pourtant, ce petit légume sec ne fait que de rares apparitions dans la cuisine française, où il est souvent relégué au rang d'accompagnement. Jusqu'à présent, il n’existait ainsi pas d’ouvrage spécifiquement consacré aux lentilles et au dahl, ce plat indien qui les met à l’honneur. Vive les lentilles !, sorti le 20 février 2018 aux éditions Terre vivante, est le livre que tous les végétariens attendent ! Signé par Hélène Schernberg et Louise Browaeys, il propose des recettes végétariennes et bio, faciles, saines et gourmandes, du petit déjeuner au dîner en passant par le dessert.
 

  1. Les lentilles sont riches en protéines. Pour autant, sur ce terrain, peuvent-elles rivaliser avec des aliments d’origine animale (viande, poisson) ?

Les protéines représentent plus de 25% du poids sec des lentilles. C’est plus que la viande, qui en contient en moyenne 20%, et que l’œuf (12%). Une portion, environ 60 grammes avant cuisson, apporte ainsi 15 grammes de protéines. Si vous souhaitez réduire votre consommation de viande et de poisson, ce qui est une excellente idée, mangez des lentilles ! Elles sont tout indiquées pour les végétariens et les végétaliens.
Sachez toutefois que les protéines contenues dans les lentilles ne se suffisent pas à elles-mêmes. Il faut les associer à une céréale, comme le blé (pain, semoule) et ses dérivés (seigle, avoine), le riz ou le millet. Cette combinaison apporte des protéines dites  « complètes » qui se substituent parfaitement aux protéines animales. Le ratio idéal est d’environ deux tiers de céréales pour un tiers de lentilles. Vous pouvez les consommer au cours de repas différents. De nombreuses civilisations à travers la planète se passent plus ou moins totalement de viande grâce aux lentilles et aux légumineuses : en Inde ou au Népal, le régime alimentaire de base est centré sur les lentilles – le fameux « dahl » ou curry de lentilles – servies avec du riz.
 

  1. Les lentilles sont-elles aussi riches en fibres qu’on le dit ? Quels bienfaits sur notre organisme ?
image livre vivie lentille article

Les fibres sont l’apanage du règne végétal : les produits animaux n’en contiennent jamais. Les lentilles contiennent environ 30% de fibres : c’est le double du son d’avoine, pourtant célèbre pour sa teneur en fibres ! Les fibres sont très importantes. En absorbant l’eau, elles gonflent, procurant une sensation de satiété rapide et durable. Elles évitent ainsi de manger excessivement lors des repas, ce qui est associé à une meilleure santé générale.
En créant du volume, elles favorisent le transit. En effet, un intestin à moitié vide fonctionne mal : il lui faut de la matière ! En outre, dans notre tube digestif, les fibres captent une partie des lipides et du cholestérol, ce qui aide à réguler son poids et sa cholestérolémie. Les fibres ralentissent également l’absorption du glucose. Elles contribuent à faire des lentilles un aliment à index glycémique très bas : de 20 à 30 seulement, contre autour de 50 pour les pâtes et 70 pour le riz blanc. Elles conviennent d’ailleurs parfaitement aux diabétiques. Enfin, certains types de fibres viennent nourrir notre microbiote intestinal, nom donné à l’ensemble des micro-organismes qui tapissent nos intestins. Ces microbes, auxquels les chercheurs s’intéressent de plus en plus, jouent un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de notre organisme.
Un nombre incalculable d’études relie les régimes riches en fibres et un risque réduit d’obésité, de maladies métaboliques ou cardio-vasculaires. A ce titre, les lentilles font naturellement partie d’un régime équilibré et diversifié, riche en végétaux et en fibres. D’ailleurs, le Programme national nutrition santé (PNNS) ne s’y est pas trompé : il recommande aux Français de réduire leur consommation de viande au profit des légumineuses comme les lentilles.

  1. Quelles astuces pour limiter les désagréments digestifs qu’elles peuvent occasionner ?

Les lentilles contiennent des sucres que notre organisme ne sait pas digérer. Leur fermentation occasionne des désagréments digestifs parfois rédhibitoires. Voici nos conseils pour les éviter.

  1.     Contiennent-elles autant de fer qu’on le dit ?

Le fer des lentilles, comme celui des épinards, c’est à la fois vrai et faux. Les lentilles contiennent une quantité appréciable de fer. Cependant, il s’agit une forme de fer moins facile à assimiler que le fer présent dans la viande rouge. Heureusement, il est très facile de rendre ce fer plus assimilable, grâce à la vitamine C. Agrémentez donc vos lentilles d’une salade de crudités, d’un filet de jus de citron, du persil, ou terminez votre repas par un fruit. Le poivron cru, le kiwi, les fruits rouges et les agrumes sont particulièrement riches en vitamine C.
 

  1. Possèdent elles d’autres minéraux / vitamines qui les font sortir du lot ?

Les lentilles sont une excellente source de vitamines du groupe B, en particulier B1, B5 et B6. Elles sont également riches en vitamine B9, appelée folate, cruciale pour les femmes enceintes. Du côté des minéraux, outre le fer, elles contiennent du manganèse, du magnésium et du zinc.
 

  1.     Il n’y a pas une mais des lentilles. Connaissez-vous les différences entre les variétés de lentilles vertes, blondes, corail et béluga ?
couverture livre vive lentille recette

Les différences sont faibles. Les lentilles Beluga, rondes et noires, sont un peu plus riches en protéines (autour de 28%).
La plus grande différence se trouve entre les lentilles décortiquées et non décortiquées. Par exemple, les lentilles corail sont souvent commercialisées sous forme décortiquée. L’enveloppe des lentilles contient une grande partie des fibres : les lentilles corail décortiquées sont ainsi moins riches en fibres que les lentilles vendues entière, comme les lentilles vertes, blondes ou brunes.

 
 
Hélène Schernberg et Louise Browaeys sont ingénieures agronomes.
Elles viennent de publier "Vives les lentilles!" chez Terre vivante.
 

Rejoignez la révolution

Nous vous partageons régulièrement nos recettes et actus engagées !
Picto Instagram
Visuel poing révolution Quintesens
chevron-downcross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram