fbpx
Logo Quintesens

Connaissez-vous le maté, cette célèbre boisson d’Amérique du Sud particulièrement appréciée en Argentine ? Vous souhaitez découvrir cette boisson, connaître son histoire, maîtriser sa préparation, tout savoir sur ses propriétés et vertus ?

Voici un b. a.-ba, qui vous donnera peut-être envie d'inclure cette boisson hors du commun dans votre routine quotidienne.

Mais avant tout... qu'est-ce que le maté ?

Le maté est aux Argentins ce que le thé est aux Anglais, autant vous dire qu’on ne plaisante pas avec ! Il s’agit d’une véritable boisson traditionnelle qui se boit en Argentine, mais également dans une grande partie de l’Amérique du Sud (Uruguay, Paraguay et une partie du Brésil).

Très souvent appelée Yerba Mate ou thé des jésuites, cette boisson est consommée en infusion et se boit dans une calebasse (tasse en calebasse, en bois ou encore en verre) à l’aide d’une bombilla, une sorte de paille métallique, qui rend sa consommation vraiment unique.

Elle est élaborée en utilisant les feuilles et les fines tiges de l’Ilex paraguariensis, un arbuste qui nécessite un climat humide voire très humide, et des températures comprises entre 20°C et 30°C. C’est pour cette raison que la quasi-totalité de la production mondiale se fait en Argentine, au Paraguay et au Brésil, dans la région du Haut-Paranà qui bénéficie d’un climat subtropical humide et chaud, mais également des caractéristiques géologiques favorables grâce notamment à une terre riche en fer.

yerba maté bienfaits et histoire quintesens

Un peu d'histoire...

C’est en Argentine que cette boisson est la plus consommée, à tel point qu'elle est devenue un élément essentiel des coutumes locales.

Boire du maté n'est pas seulement une habitude sociale, c'est une philosophie qui est profondément ancrée dans la culture populaire Argentine.

Tout le folklore autour du maté s'inspire des légendes, des poèmes, des chansons, de la littérature et de l’histoire albiceleste. Boire un maté c’est perpétuer cette culture et ainsi trouver une connexion entre les générations et les époques.

Cette boisson est un véritable héritage de la culture Guarani, peuple indigène amérindien des régions amazoniennes du Brésil, d'Argentine, de Bolivie, de l'Uruguay et du Paraguay.

Le mot « maté » vient du mot Guarani « Caa-mati » signifiant littéralement « herbe à calebasse ». Au sein de cette culture le maté a longtemps occupé une place primordiale vis-à-vis de son rôle social fondamental, lequel permettait à la tribu de se souder lors de ses veillées. En effet, les feuilles du maté représentaient un pilier dans leur alimentation, notamment lorsque ces derniers partaient pendant de longues marches de plusieurs jours.

Dans la culture Guarani, le maté était l’opportunité de créer un lien social primordial, qui permettait à chacun de se réunir en famille ou entre amis, et ainsi de rencontrer de nouvelles personnes.

Même si la colonisation espagnole a mis au jour cette boisson, il faut attendre l’apparition des jésuites dans cette région pour que le maté soit définitivement démocratisé. Ces derniers, arrivés au cours des XVIIe et XVIIIe siècles pour organiser l'évangélisation des Indiens, ont en effet largement participé au développement des cultures de maté dans le sud de l’Amérique Latine. Malheureusement, les secrets des procédés de mise en culture de la plante ont disparu en même temps que leur disparition. Il faudra attendre le début du 20ème siècle pour voir apparaître à nouveau une culture du maté similaire à celle que nous connaissons de nos jours.

Comment préparer son maté et comment le boire ?

Pour boire son maté, il suffit d'infuser une dose de feuilles séchées de yerba mate dans de l'eau bouillante pendant quelques minutes, puis de filtrer et enfin de le déguster à l’image du thé ou de la tisane.

Rien de plus classique me direz-vous ? Oui, à l’exception que le maté n’est pas une boisson classique et que l’utilisation de certains accessoires sont indispensables pour une dégustation traditionnelle en bonne et due forme.

Pour boire un véritable maté il faut utiliser un récipient spécifique, la calebasse comme évoqué précédemment, et une paille filtrante métallique, la bombilla. Cette dernière occupe le rôle de boule à thé grâce à son système de filtre qui empêche les feuilles de passer. Plusieurs systèmes de filtration existent mais le plus répandu est le système à ressort. Un petit ressort est apposé à l’extrémité immergée de la paille et le tour est joué !

Mais revenons-en à la préparation traditionnelle du maté. Pour ce faire, remplissez votre calebasse de yerba mate au ¾, inclinez votre calebasse pour pouvoir insérez la bombilla, puis verser l’eau chaude (maximum 75°C) le long de la bombilla en évitant de “noyer” toutes les feuilles, ceci permettra une consommation longue durée. En effet, vous pouvez facilement tenir une journée entière avec la même tasse (la yerba maté perd très peu de son goût et de ses propriétés au cours des infusions consécutives).

yerba maté bienfaits et histoire quintesens

Propriétés du maté

Mais outre le rituel, il faut également souligner que le maté possède de nombreuses propriétés bénéfiques.

En effet, en plus d'être une boisson stimulante naturelle au même titre que le café ou le thé, le maté contient également du magnésium, du potassium, sodium, vitamines A, B1, B2, C, des acides aminés et des sels minéraux essentiels. Sa matéine, substance proche de la caféine dont il est riche, lui confère son pouvoir énergisant sans les effets secondaires du café, à savoir les maux de ventre et l’acidité que l’on peut parfois rencontrer. Il stimule le système nerveux central et favorise la concentration de manière évolutive et constante contrairement au café qui agit plus en “pic” (le fameux “caféine rush”).

Le maté est également utilisé comme détoxifiant : ses propriétés diurétiques permettent le drainage des systèmes circulatoire et rénal, en plus d'apporter une excellente complémentation alimentaire pour l'organisme, il favorise l'équilibre métabolique.

Où acheter votre maté ?

Si toutes ces informations vous ont donné envie d’essayer le maté, voici quelques indications pour en trouver dans le commerce. Le maté n'est pas encore très répandu en France. Il est donc assez difficile d’en trouver dans les grandes surfaces ! Mais cela ne veut pas dire qu'il est difficile de s'en procurer. Vous pouvez le trouver facilement chez les herboristes et dans les commerces équitables (où vous serez assuré de trouver un produit excellent et bio). Sinon vous pouvez également vous en procurer via le site de https://yerbamaterana.com/ qui propose une multitude de yerba maté 100% naturelles !

Ce n’est un secret pour personne, la nature est pleine de surprises mais aussi et surtout de richesses.

Parmi celles-ci, comment ne pas citer les plantes adaptogènes et leurs propriétés utilisées depuis des millénaires ? Petit présentation de ces plantes ancestrales qui aident à guérir les maux contemporains.

Les plantes adaptogènes recèlent de nombreux bienfaits qui aident à réguler votre organisme et ne présentent aucun signe de toxicité. Utilisées depuis la nuit des temps, elles sont aujourd’hui présentes dans les médecines orientales et dans le cadre de thérapies douces.

Présentation des plantes adaptogènes

Des plantes présentes sur Terre depuis des siècles et des siècles mais une découverte assez récente. Ce n’est en effet qu’au début des années 1940, en pleine Seconde Guerre mondiale, que l’Union Soviétique se lance dans une quête de remèdes naturels afin d’augmenter les capacités de ses troupes. C’est finalement en 1947, quelques années après la fin de la guerre, que le docteur Nicolaï Lazarev crée le concept de plantes adaptogènes.

Dans les années et les décennies qui s’ensuivent, plus de 1000 études vont être publiées pour finalement arriver à la définition des plantes adaptogènes que l’on utilise aujourd’hui : une plante adaptogène est donc une plante qui aide le corps à retrouver son équilibre et à s’adapter à différents types de stress. Pour être considérée comme adaptogène, une plante doit répondre à trois critères stricts :

Utilisées bien avant leur définition, ces plantes si spécifiques ont traversé les siècles et les civilisations. On retrouve ainsi des traces de leur utilisation chez les Vikings, qui en consommaient afin d’être forts et robustes, mais également chez les empereurs chinois qui étaient quant à eux à la recherche de longévité.

Retrouver des preuves de consommation dans ces pays n’a rien de surprenant puisque les plantes adaptogènes se recensent principalement dans les régions aux conditions extrêmes, comme la Chine, la Russie, la Sibérie ou encore la Scandinavie et l’Inde. Des localisations qui n’ont pas empêché ces plantes aux pouvoirs bénéfiques de traverser les continents comme le temps.

Aujourd’hui, à l’heure de la médecine moderne, les plantes adaptogènes sont toujours utilisées et leurs bienfaits séduisent de plus en plus d’adeptes.

ginseng plante adaptogène vertus quintesens

Les bienfaits des plantes adaptogènes

Et si elles séduisent autant, c’est grâce à leurs bienfaits sur notre santé aussi bien physique que mentale. Favorisant l’équilibre général de notre organisme elles permettent notamment de mieux s’adapter au stress. En effet, l’un de leurs pouvoirs est d’améliorer notre capacité d’adaptation devant un facteur de stress en favorisant la résistance globale de notre organisme face à une situation provoquant une montée de stress.


Par ailleurs, les plantes adaptogènes permettent de se sentir plus énergique et plus endurant, améliorant ainsi l’état d’éveil.
Autre vertu, celle de stimuler la mémoire ainsi que les fonctions cognitives. Les plantes adaptogènes s’avèrent donc une aide précieuse à la concentration et à l’apprentissage.

Leurs bienfaits sur le cerveau ne se limitent pas à l’intellect mais touchent également à l’émotionnel. La consommation de ces fameuses plantes permet en effet d’entretenir un calme émotionnel. Ceci s’explique notamment par le fait que les plantes adaptogènes contribuent à la relaxation et au bien-être physique, permettant ainsi d’améliorer la gestion des émotions.

Parmi les 380 000 plantes recensées dans le monde, seulement une vingtaine possèdent des propriétés adaptogènes. Une rareté donc dans la nature même si quelques-unes d’entre elles sont parfaitement connues du grand public.

À commencer par le ginseng, considéré dans la médecine chinoise comme une plante pouvant tout soigner. Aujourd’hui, il est surtout utilisé pour booster ses performances sportives notamment à cause de ses propriétés pouvoir anti-inflammatoires.

Le basilic sacré est également un incontournable des amateurs de médecines orientales. Cette herbe calmante qui permet de réduire l’anxiété et le stress est également utilisée pour optimiser le système immunitaire grâce à ses propriétés antivirales et antibactériennes.

D’autres plantes adaptogènes sont aujourd’hui utilisées en orient comme en occident. C’est notamment le cas de l’éleuthérocoque, pour développer sa mémoire, de l’echinacée pour renforcer ses défenses naturelles, du reishi, pour fortifier son système immunitaire, du griffonia pour apaiser son sommeil ou encore du maca pour améliorer ses performances sexuelles.


Ces plantes miracles se consomment principalement en cure de trois semaines par mois. Il est possible de les consommer sous forme de gélules, poudre, décoction de racines, extrait hydroalcoolique ou encore tisanes. Il est possible de se ravitailler en herboristerie comme en pharmacie, dans les magasins bio et sur internet.
Si les plantes adaptogènes ne présentent aucune toxicité pour le corps humain, il est toutefois recommandé de demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien afin d’éviter toutes altérations avec un traitement médicamenteux.

rhodiola plante adaptogène vertus quintesens

Les graines de lin présentent de nombreux bienfaits pour l’organisme. C’est pourquoi Quintesens utilise l’huile de lin dans ses mélanges, notamment pour son apport en Oméga-3, un acide gras essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Les graines de lin renferment bien des vertus.

Peu utilisées en cuisine, les graines de lin présentent pourtant de nombreux bienfaits qui tendent à remettre cette super-graine sur le devant de la scène. Considéré comme un médicament naturel, le lin présente également l’avantage d’être écologique puisque sa culture ne demande ni engrais ni pesticides.

On vous dit tout de ces petites graines et de leurs bienfaits.

Origines et composition des graines de lin


Aujourd’hui cultivé un peu partout où règne un climat tempéré ou tropical, le lin est une plante qui trouve ses origines en Eurasie. Si son utilisation pour ses fibres textiles est bien connu du grand public, ce n’est pas forcément le cas de ses graines oléagineuses qui, pourtant, renferment de nombreuses substances indispensables à l’organisme.


À commencer par le sélénium et les vitamines B9 ou encore le calcium dont la consommation de 100 grammes de graines de lin consiste en un apport non négligeable aux besoins quotidiens.
Mieux encore, déguster 100 grammes de graines de lin apporte à l’organisme la totalité de ses besoins journaliers en fibres, en manganèse ainsi qu’en fer pour les hommes adultes et les femmes ménopausées.


Enfin, les graines de lin sont également une source importante d’oméga-3. Ces acides gras essentiels ne sont pas synthétisés par l’organisme. Il est donc nécessaire d’en ajouter quotidiennement à notre alimentation afin d’éviter toutes carences. En consommant deux cuillères à soupe de graines de lin chaque jour, notre organisme reçoit les apports nutritionnels recommandés en oméga-3.


Une carence en oméga-3 peut avoir des conséquences fâcheuses pour notre santé, allant de la fatigue aux troubles cardiovasculaires en passant par la dépression. Chez Quintesens, nous prenons au sérieux les problèmes de carences en oméga-3 qui touchent aujourd’hui de nombreux français. C’est pourquoi nous utilisons dans le mélange de nos huiles santé, de l’huile de graines de lin qui est l’une des huiles les plus riches en Oméga-3.

Fleur de Lin bleu

Les bienfaits santé des graines de lin


Les graines de lin présentent de nombreux bienfaits qui en font un véritable médicament naturel contre les petits maux du quotidien.

Attention toutefois à les consommer dans les règles de l’art afin d’éviter tous désagréments.

En effet, il est important de ne pas consommer les graines de lin entières car notre estomac n’est pas en mesure de dissoudre l’enveloppe de la graine ! Les consommer de cette façon nous priverait donc de toutes les vertus de cette super-graine.
En premier lieu, elles permettent de limiter les risques de cancer du sein. En effet, ces graines sont riches en lignanes, des phyto-oestrogènes qui diminuent le risque de voir la maladie apparaître.


Les graines de lin sont également un allié précieux pour entretenir le système cardiovasculaire.
Ceci s’explique par la présence dans ces graines de phytostérols antioxydants qui favorisent la baisse du mauvais cholestérol ainsi que celle de la tension artérielle. Dans le même registre, les Oméga-3 contenus dans les graines de lin permettent de diminuer les risques d’infarctus. Des Oméga-3 qui vont également favoriser le renouvellement cellulaire et de fait, faire des graines de lin un aliment anti-âge.


Autre partie du corps et autre effet positif des graines de lin : la lutte contre la constipation.
Grâce à leur teneur élevée en fibres, elles ont un effet bénéfique sur le transit. Des fibres qui possèdent aussi des vertus rassasiantes utiles dans le cadre d’un régime minceur. Dans ce cas, il est important de consommer les graines de lin dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée.


À noter également que les graines de lin peuvent s’avérer extrêmement utiles pour les personnes végétariennes. En effet, grâce à leur teneur en fer et en protéines, elles permettent d’éviter certaines carences.


Même constat pour les femmes enceintes puisque les graines de lin apportent une quantité appréciable de vitamine B9, indispensable pour limiter le risque de malformations du système nerveux chez le fœtus comme pour s’assurer du bon développement du cerveau du bébé à naître.


Les graines de lin présentent donc de sérieux atouts pour s’installer durablement dans notre alimentation comme dans notre quotidien. Il est possible de les consommer broyées, écrasées, moulues et même en infusion.
De plus en plus présentes dans des recettes de pains, de cakes ou de tartes, elles permettent d’ajouter un peu de texture à vos plats. Il est également possible de s’en servir pour saupoudrer une salade ou sous forme d’huile afin de bénéficier de leurs oméga-3. Il est néanmoins déconseillé d’en consommer plus de deux cuillères à soupe par jour.

Si vous recherchez des idées pour savoir comment consommer les graines de lin, retrouvez la recette de notre miam au fruits juste ici.

Troisième condiment préféré des français derrière l’iconique et inséparable duo que forment le sel et le poivre, la moutarde participe à la renommée de la gastronomie hexagonale à travers le monde. À tel point que le président Obama himself a demandé au cuisinier d’Air Force One de lui faire goûter la moutarde de Dijon. Dans une sauce ou telle quelle avec un morceau de viande, elle est une présence obligatoire durant de nombreux repas. Un véritable succès made in France . Enfin, pas vraiment...

Consommée depuis l’Antiquité, la moutarde n’est pas une petite nouvelle sur les étals des commerçants comme dans le régime alimentaire des français. De fait, sa recette et son mode de fabrication ne sont pas étrangers aux professionnels du secteur. Et l’ingrédient phare pour réussir sa moutarde, ce sont les graines de moutarde. Jaunes ou brunes, ces graines sont l’ingrédient de base de toute moutarde mais peuvent également être consommées seules, afin d’assaisonner une viande ou un poisson. Elles peuvent également servir à la préparation de condiments tels que les cornichons, les oignons ou encore le chou et les courges.

Devenue célèbre grâce aux Ducs de Bourgogne, la petite pâte jaune continue donc, six siècles plus tard, de faire la fierté de toute une région. Pourtant, à y regarder de plus près, il est possible de remarquer que le lien entre Dijon et la moutarde s’est quelque peu distendu. Ainsi, plus de 80% des graines nécessaire à la fabrication de la moutarde en France proviennent en réalité du Canada et 15% débarquent dans des containers en provenance d’autres pays étrangers. Ce qui, au final, laisse assez peu de place à la production bleu, blanc, rouge.

Victime collatérale de la seconde guerre mondiale

Une hérésie pour les défenseurs de la production locale, voire un mensonge pour certains consommateurs se sentant trahis par la dénomination de Dijon, la réalité de la production de graines de moutarde est plus complexe que cela. Pour comprendre la situation d’aujourd’hui, il est nécessaire de remonter quelques années en arrière, à la sortie de la Seconde guerre mondiale. À cette époque, la culture de la moutarde va connaître un sérieux coup de frein, la faute à une volonté de favoriser le développement des cultures oléagineuses comme le colza et le tournesol. Ce revirement de situation, qui s’effectue au détriment de la moutarde, s’explique en partie par le fait que durant la guerre 39-45, la pénurie de matière grasse a profondément marqué les esprits. Une volonté de plantes riches en matière grasse renforcée par les difficultés des pays exportateurs d’arachides à la même époque.

L’autre explication quant au remplacement de la culture de graines de moutarde au profit du colza, du tournesol ou même du blé, est davantage économique. En effet, l’abandon de ces petites billes d’un à deux millimètres de diamètre résulte aussi de son caractère non-subventionné. Non-éligibles aux aides européennes, les graines de moutarde quittent donc leurs terres ancestrales et l’industrie agro-alimentaire va commencer à traverser l’océan Atlantique pour se fournir en graines de moutarde et préparer ses nombreuses recettes.

Une IGP, pas d’AOP

Une moutarde de Dijon qui ne vient pas de Dijon, ni même de Bourgogne, c’est donc possible ?
Oui, car ce produit phare de la gastronomie française n’est pas protégé par une Appellation d’Origine Contrôlée (AOP). Le terme « Moutarde de Dijon » n’est donc pas juridiquement protégé et n’importe qui, n’importe où dans le monde peut prétendre à produire une moutarde de Dijon, sans que rien ne le rattache à la préfecture de la Côte d’Or ou sa région.
Il existe toutefois, depuis 2000, un décret qui encadre cette dénomination mais ce dernier ne protège pas une origine et un terroir mais une recette, un procédé de fabrication.
Une nuance qui profite aux grands groupes industriels mondiaux. Ainsi, le géant néerlando-britannique Unilever (Amora, Calvé etc.) détient à lui seul 90% du marché de la moutarde en France et en grande distribution.

Depuis 2011, il existe toutefois une Indication Géographique Protégée (IGP) pour la « Moutarde de Bourgogne ». Ce label européen garantit aux consommateurs que la production des graines de moutarde, mais aussi celle du vin blanc nécessaire à la recette, ainsi que leur transformation se déroule en Bourgogne. Un premier signe de reconnaissance pour un condiment de qualité.

Le changement, c’est maintenant !

Ce sigle officiel européen est une volonté de toute une région de se réapproprier son territoire et ses produits. Il est également le signe d’un renouveau et d’une envie de travailler avec des graines locales. L’heure n’est pas encore au 100% local tant les besoins en graines sont immenses pour les usines de moutarde de la région Bourgogne : environ 25 000 tonnes par an, soit l’équivalent de 15.000 hectares. À l’heure actuelle, 6 000 hectares de terre sont dédiés à la culture de graines de moutarde en Bourgogne. Pas assez pour fournir tout le monde mais, au regard de sa quasi-disparition il y a quelques décennies à peine, ce retour au premier plan est une jolie victoire.
Une victoire qui ne se limite pas à la Bourgogne. En effet, une dizaine de régions participent aujourd’hui à la relocalisation de la culture des graines de moutarde. En Ardèche, en Charente, dans le limousin ou encore dans l’Allier, en Beauce et même en Champagne.
Un premier pas qui doit en amener d’autres et pour lesquels tout le monde à un rôle à jouer.

L’incroyable moutarde avec des graines de moutarde du limousin!

Un vraie moutarde de Dijon !

Nos graines proviennent du Limousin, une région qui participe activement à la redynamisation de la moutarde made in France. Depuis 2014, les champs limousins sont une terre d’accueil idéale pour une production de graines de moutarde de qualité. Un sans faute pour notre Incroyable moutarde bio sans aucun ingrédients suspect : pas de conservateur ou autre additif.

Les vraies sauces à la française

C’est justement parce que l’origine de nos produits est une priorité absolue et que mieux vous nourrir est notre leitmotiv quotidien que toutes nos sauces à base de moutarde sont préparées à partir de graines qui ont poussées en France, dans le Limousin ! Et elles sont peu nombreuses dans l’hexagone !

Il s’agit même de la seule mayonnaise à la moutarde bio 100% française. Incroyable n'est-ce pas ?

Car il est important de se souvenir que la moutarde a de nombreuses vertus santé insoupçonnées, comme la prévention du cancer de la vessie, une activation de la circulation sanguine ainsi qu’un nombre conséquents de nutriments et de vitamines, et qu’il serait dommage de les contrecarrer avec des composants de mauvaise qualité.

Qu’est ce qu’un hydrolat ?

On les appelle “eaux florales” ou “hydrolats” : ces précieux boosters de bien-être unissent les bienfaits des plantes et les vertus purificatrices de l’eau.

Parce qu’elles sont composées de l’eau recueillie après la distillation d’une plante, elles contiennent les mêmes composants et propriétés que l’huile essentielle dont elle est extraite, mais dans des proportions moins élevées.

Ces eaux aromatiques contiennent donc d’infime quantité́ de molécules d’huile essentielle mais assez pour bénéficier des principes actifs de la plante.  Ils sont donc moins concentrés et plus doux, ce qui leur permet d’être utilisés par toute la famille, sans contre-indications et plus particulièrement les jeunes enfants et les femmes enceintes, pour lesquels l’utilisation des huiles essentielles est déconseillée.

Une belle façon de contourner l’utilisation des huiles essentielles tout en conservant certains de leurs bienfaits.

Les eaux florales conseillées pour bébé

Découvrez les eaux florales que nous vous recommandons pour prendre soin des plus petits :

Appliquer une petite compresse imbibée d’hydrolat sur la gencive douloureuse, 2 à 3 fois par jour pendant 3 à 5 jours. Vous pouvez également en vaporiser directement dans la bouche tout en massant les gencives.

A utiliser en spray et vaporiser dans la bouche au départ.

Noter que par voie interne, les posologies varient selon l’âge :

- durant la première année 1/2 cuillère à café par jour dans le biberon suffit.

- à partir de 12 mois, 1 cuillère à café par jour.

Pour les mamans allaitantes, il vous suffira de vaporiser l’hydrolat en question sur vos mamelons juste avant la tétée!

Quelles eaux florales choisir et comment les conserver ?

Toutes les eaux florales ne se valent pas. Il est important de choisir des produits de qualité, biologiques, sans conservateurs et pratiques à utiliser.

Herbes & Traditions propose des eaux florales alimentaires bio et micro-filtrés lors de la production afin d’être garantis sans conservateurs. 

Les références sont pratiques à utiliser au quotidien grâce à une pompe spray. Le dosage peut ainsi être vraiment très précis. Le choix a été fait de flacon verre, présentant de nombreux avantages :  

Pour profiter pleinement des eaux florales, il est important de respecter certaines règles :

  • elles sont à conserver à l'abri de la lumière, de la chaleur et dans un endroit sec.
  • bien se référer à la date limite d'utilisation indiquée sur le flacon.
  • elles sont à conserver au réfrigérateur et à consommer dans les 2 mois après ouverture.
  • il est important d’arrêter de les utiliser au moindre changement d’aspect ou d’odeur

On a tous entendu parler de spiruline, on a vaguement en tête sa couleur verte si particulière et qu’il s’agit d’un « superaliment ». Mais au fond… la connait-on vraiment ?  
Les magazines la présentent comme le superaliment par excellence, c’est un incontournable des smoothies bowls sur Instagram… La spiruline est partout ! Mais s’agit-il d’un simple effet de mode, ou cette petite algue verte est-elle à la hauteur de son illustre réputation ?

Commençons par un peu d’histoire…

La spiruline est une bactérie, une cyanobactérie plus exactement ce qui la situe entre l’algue et la plante. On l’appelait autrefois "algue bleu-vert" en raison de cette couleur si caractéristique. Observée au microscope, elle ressemble à de petites spirales vertes qui lui ont valu son nom !
Apparues sur terre il y a environ 3,5 milliards d’années, elles font partie des micro-organismes les plus anciens de la planète. C’est ce fameux pigment bleu-vert, la phycocyanine, qui lui permit d’extraire l’hydrogène de l’eau, lui permettant d’absorber l’énergie solaire pour se construire, rejetant ainsi le dioxygène qui devint petit à petit le gaz dominant de l’atmosphère terrestre, créant ainsi la photosynthèse. On lui doit donc l’air que nous respirons !
Elles sont cultivées depuis des siècles, voire des millénaires : utilisées par de nombreux peuples dans l’Antiquité, les Aztèques… on est donc loin d’un effet de mode de remède miracle !

Où la trouve-t-on ?

La spiruline à l’état naturel se développe en climat tropical, dans les eaux chaudes, stagnantes et peu profondes : on la trouve dans des lacs salés en Afrique (Tchad, Ethiopie, Tunisie), en Asie (Inde, Sri Lanka, Thaïlande) et en Amérique du Sud (Mexique, Pérou).
Cependant il n’existe que très peu de lieux où l’on peut trouver une spiruline véritablement « naturelle » car le milieu naturel peut permettre une contamination, notamment due à la pollution industrielle ou urbaine. Par exemple, les récoltes en bordure du lac Tchad bien connu pour sa spiruline sont affectées par une accumulation de métaux lourds causées par la rétractation du lac du fait d’une captation trop forte des eaux avec le développement de l’irrigation.
 
Le moyen fiable pour s’assurer du niveau de qualité de la spiruline est donc la culture. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la consommation de spiruline se développe autant : la spiruline est l’une des seules microalgues qui puisse être facilement cultivée sans risque de contamination, il est possible de la faire pousser dans des conditions qui ne plaisent à peu près rien d’autre, dans un milieu à la fois très alcalin et très salin qui assure l’intégrité de la culture. Sa culture implique peu d’eau (vingt fois moins que la culture céréalière !) et elle a un taux de rendement important. Il même possible depuis quelques années de trouver de la spiruline française !

Focus sur ses bienfaits

Si cette petite algue bleue fait autant parler d’elle, c’est qu’elle a une densité nutritionnelle exceptionnelle : elle contient l’ensemble des nutriments essentiels, à l’exception de la vitamine C. Principalement constituée de protéines, elle contient tous les acides aminés essentiels à notre organisme. Mais ce n’est pas tout : elle est également riche en vitamines, en minéraux et en composés actifs ayant des effets bénéfiques sur notre santé.
Si l’on regarde cette composition de plus près :

Comment l’intégrer à son quotidien ?

La dose standard de spiruline recommandée est de 3 grammes par jour.
La spiruline peut s’intégrer très facilement à la cuisine du quotidien : en paillettes, elle peut se saupoudrer en topping pour agrémenter les salades, pâtes… jusqu’aux desserts ! En poudre, elle se marie remarquablement aux smoothies, milk shakes et jus réalisés à l’extracteur pour un véritable cocktail de bienfaits.
Si vous n’arrivez pas à vous faire à ce goût particulier : les comprimés vous simplifieront la tâche !
Quelle que soit la forme, attention à choisir votre spiruline bio, bien sûr, mais également « raw » pour une meilleure conservation de ses nutriments. Grâce à une température de séchage inférieure à 42°C, les réactions enzymatiques et d’oxydation sont essentiellement éliminées, ce qui permet de conserver ses bienfaits.

Rejoignez la révolution

Nous vous partageons régulièrement nos recettes et actus engagées !
Picto Instagram
Visuel poing révolution Quintesens
chevron-downcross-circle
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram