fbpx
Logo Quintesens

Dans la culture indienne, on ne plaisante pas avec le curcuma ! Reconnaissable à sa couleur jaune, ce rhizome possède un pouvoir de guérison incroyable grâce à ses propriétés antifongiques et antibactériennes. L'Inde s'est imposée à travers les époques comme le plus grand producteur et consommateur de curcuma au monde. Là-bas, on en fait un usage culinaire, médicinal mais également cosmétique. On l'utilise en masque, en gommage pour une peau radieuse à moindre coût.

Considéré comme le "safran de l'Inde", il représente une alternative bon marché au safran mais tout aussi utile qu'appétissant. Il demande un véritable travail de précision. Lorsqu’il n’est pas frais, le curcuma est bouilli puis séché. Il est ensuite écrasé en poudre, pour être utilisé comme épice. Il se cultive principalement dans les forêts du Sud et d’Asie du Sud, et est un ingrédient clé de nombreux plats indiens, persans et thaïlandais. Dans l’Europe médiévale, il est reconnu comme le safran indien, souvent utilisé comme une alternative bon marché du safran, qui est beaucoup plus cher.

Que ce soit pour son goût ou ses vertus, on raffole de cette épice venue d'ailleurs. Il est idéal pour agrémenter tous vos plats, comme ce mélange beendi Riz basmati au curcuma et gingembre. Un mélange savoureux et coloré pour un plat bienfaisant alliant bien-être et plaisir. Ajoutez de l'eau, et c'est prêt à déguster ! Les épices sont sélectionnées avec soin parmi les meilleurs producteurs d'Inde où chaque jour des femmes veillent à ce que notre curcuma soit parfaitement séché, au soleil, pour qu’il garde tout son parfum et son goût unique.


zoom sur nos amis Beendi, une marque aussi engagée que nous !

Un monde où manger sainement ne se fait pas au détriment du goût, de sa santé, et de l’environnement, tel est le rêve qui a fait naître beendi en 2013. Notre mission : vous faire découvrir de nouvelles saveurs en proposant des produits sains et savoureux pour adopter une alimentation plus responsable.

Beendi c'est...

Le made in France

Ils ont installé leur atelier de production à Saint-Marcel-Lès-Valence où ils fabriquent chaque jour de délicieux mélanges ! Nous maîtrisons toute la chaîne, de la conception à la commercialisation des produits, grâce à notre équipe pluridisciplinaire qui développe, fabrique et distribue les produits.

Des ingrédients de qualité

L'équipe Beendi passe énormément de temps à chercher des ingrédients toujours bio et de qualité. Pour eux l'important c'est bien sûr la qualité de l’ingrédient et son goût mais aussi sa qualité environnementale et sociale !

La réduction et la recyclabilité des déchets

Chez beendi-beedeli, ils ont une vraie réflexion sur leurs emballages. Ils ont pensé leurs premiers packs pour qu’ils soient les plus recyclables possibles tout en conservant la qualité organoleptique des ingrédients.
Leur objectif à terme : rendre leurs emballages 100% recyclables.

Ils ont été les premiers à proposer des produits en vrac qui ne soient pas des amandes ou du riz blanc en 2015. Aujourd’hui les trois-quarts de leurs ventes se font en vrac.

Retrouvez les produits beendi et beedeli sur eshop : maisondesmélanges.com

Les propriétés des Super-Aliments sur la santé !

 
On les appelle super-aliments par commodité mais ce nom n’est ni officiel, ni normalisé. Ils sont juste « super » riche en nutriments !
A la différence des simples aliments, les super-aliments sont exceptionnellement riches en nutriments. Leur teneur en composés essentiels, va bien au-delà, de nos simples besoins de base. Les super-aliments, corrigent ainsi efficacement, les nombreux déséquilibres alimentaire et nutritionnels dont notre alimentation moderne est responsable.

Bienfait des Super-Aliments sur la santé

les super saliments article nutrition alimentation quintesens sante bio fruits legumes

Les vertus que possèdent les super-aliments sont très variées. Ils ont tout d’abord pour rôle d’assurer le bon fonctionnement de l’ensemble de l’organisme.
Ils permettent d’entretenir et de protéger les 500 000 milliards de cellules de notre organisme. Les super-aliments riches en antioxydants par exemple, aideront à lutter contre les radicaux libres, ceux ayant des propriétés alcalinisantes diminueront les risques de cancer comme l’a démontré le prix Nobel de médecine Dr Otto Warburg.
D’autres sont très riches en vitamine C comme le Camu Camu ou l’Acérola, ils aideront au renforcement du système immunitaire. Ils interviendront également de manière moins connue, sur la sphère de la vision.
La palette d’actions est très large, voici quelques exemples : l’arthrose, les indigestions, la diarrhée, le rhume, les maux de tête, certaines pathologies liées au cerveau et aux nerfs…

Les super-aliments, un coup marketing ?

Le mot super-aliments est assurément un coup marketing. C’est un peu comme le superman des fruits et légumes. Néanmoins, vous avez pu commencer à vous en rendre compte, les raisons de les distinguer des aliments dits « simple » sont réelles.
On distingue dans cette famille les « supers fruits » et les micro-algues.
L’algue klamath par exemple possède 115 éléments nutritifs dosés chacun à la concentration parfaite pour une assimilation optimale de nos cellules.
La feuille de moringa possède 10 fois plus de vitamine A que nos carottes.
S’il y a donc bien une exploitation marketing de ce terme, ils n’en restent pas moins particulièrement bénéfiques à notre bien-être au quotidien. On est loin du mauvais marketing (souvent fallacieux) que les industriels de l’agro-alimentaires mettent en œuvre depuis 50 ans.
Plus simples à incorporer dans notre alimentation quotidienne que les compléments, ils sont un allié privilégié pour rééquilibrer des menus souvent trop riches en calories mais pauvres en nutriments.

Super Aliments : comment les choisir ?

les super aliments article nutrition alimentation quintesens sante bio

La consommation des super-aliments peut se faire dans le but d’améliorer ou de soigner quelque chose.
Nous sommes par exemple d’autant plus sensibles aux changements de saison que nous sommes fatigués ou stressés. Un choix judicieux de super-aliments (énergisants, stimulants…) aidera votre organisme à affronter au mieux cette période et contribuera à vous protéger des risques de maladies saisonnières ou coup de fatigue accru.
Il convient également de privilégier les aliments issus de l’agriculture biologique et de les consommer le plus cru possible afin de conserver intacts tout leur potentiel nutritionnel et notamment leur richesse en oligoélements, fibre, nutriments, vitamines, minéraux... Car ce sont bien entendu ces composés qui préserveront votre organisme des pathologies les plus courantes.
La quasi-totalité des super aliments étant d’origine végétale, il seront en outre nettement mieux assimilés par votre organisme et plus digeste en fin de journée notamment.
Certains épices mais aussi le sel ont également des fonctions super-alimentaires (thym, curcuma, ail noir, gingembre…). Ils contribuent ainsi à un organisme en pleine santé, à condition de les consommer de manière modérée et adaptée.

 

Petit tour des super-aliments les plus courants et leurs bienfaits :

açai na mao

La baie d’Açaï, petit fruit issu du palmier pinot, fait parti des traditions culinaires et médicinales des tribus indigènes d’Amazonie. Très riche en oméga 6 (un acides Gras essentiel) et en Oméga 9, il contribue à la régulation du Cholésterol. La baie d’açaï contient aussi de la vitamine E, de la vitamine B1 et du fer. Réduit en poudre, il peut être consommé dans un jus.
En cliquant sur ce lien, vous en saurez plus sur la poudre d’açaï bio.

manu camargo

L’acerola est un arbre dont le fruit est appelé « cerise des barbades ». Il pousse spontanément dans les régions tropicales d’Amérique du Sud, notamment au Pérou et dans les forêts amazoniennes du Brésil et du Venezuela. C’est l’un des fruits les plus riches en vitamine C. Il possède une contenance en vitamine C, 30 à 50 fois supérieure à celle de superaliments comme le Kiwi et les agrumes. L’Acerola est antioxydant puissant et permet au corps de lutter contre les radicaux libres, responsable du viellissement des cellules. Il est possible de profiter des bienfaits de ce fruit originaire d’Amérique du Sud sous forme de comprimés.
En cliquant sur ce lien, vous en saurez plus sur les comprimés d’acérola.

baobab fruit bouye pain de singe biologique

Encore connu sous l’appellation « pain de singe », le fruit ovale originaire du grand arbre Africain possède une pulpe des plus énergétiques. En effet, sa contenance en vitamine C, procure un effet antifatigue, favorise la protection du système digestif et  stimule les défenses immunitaire. C’est la chair de ce fruit à coque qui est prisé et qui offre un formidable concentré de micronutriments. Elle contient, trois fois plus de calcium que le lait et six fois plus de potassium que la banane.
Par ici, vous en découvrirez plus sur la poudre de baobab bio.

bienfaisante curcuma

Originaire du sud de l’Asie (Inde), le curcuma est une épice des plus répandues dans cette partie du monde.  En Asie, on a depuis longtemps découvert que cette racine permettait de conserver la fraîcheur, la saveur et la valeur nutritive des aliments. Utilisé dans la médecine ayurvédique depuis des millénaires, le curcuma possède également des propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et antiseptiques. Et ce grâce à la curcumine qui est une molécule luttant contre le stress oxydatif, responsable de la dégénérescence cellulaire. A ce titre la curcumine pourrait lutter contre le cancers du poumon, du sein ou encore de la peau.

algues nori le sel

La spiruline est une micro-algue d’eau douce qui existe depuis 3,5 milliards d’années. Elle pousse la plupart du temps dans les eau chaudes des lacs en Inde, au Tchad ou encore au Mexique. C’est un concentré de nutriments qui est extremement riche en fer, en vitamine B12 ou en Vitamine E. Cette algue contient aussi de la chlorophylle et de la phycocyanine qui sont des pigments aux vertus antioxydantes. La spiruline après avoir été séchée, se consomme pour la plupart du temps en poudre que l’on mélange dans une boisson.

zoom sur les graines de chanvre

Le chanvre est une plante souvent associée au cannabis. Cependant, sa faible teneur en THC (tétrahydrocannabinol) rend la culture du chanvre totalement légale. Les graines de chanvre, proviennent du fruit et présentent de nombreux bienfaits nutritionnels. Elles sont sources de proteines, minéraux, vitamines et fibres mais présentent surtout un équilibre dans son rapport oméga-3 / oméga-6. Cet équilibre est idéal pour la santé et notamment le bon fonctionnement de l’appareil cardio-vasculaire. Il y a plusieurs façon de consommer les graines de chanvres, en commencant par les consommer crues ou aussi moulues en salades, en smoothie ou en céréales. Enfin vous pourrez trouver le chanvre sous forme d’huile (pression à froid et non-raffinée).
Il existe au total plus d’une centaine de super fruits (goji, grenade, Camu, Mulberry, Cerises noires, guarana, cranberry…), racines (gingko, Ginseng, gingembre…), huile (Huile de Lin, huile de poisson…) et micro algues (Chlorelle, Klamath…). Le choix est vaste et de nombreux sites proposent des sélections pointues et avisées sur ces supers-aliments et notamment Papilles Détendues.

 
Remarque : les super-aliments restent des aliments à part entière. Malgré leur richesse en nutriments, ils ne peuvent se substituer à des médicaments quand ceux-ci s’imposent.

Vous prenez des compléments alimentaires fournis par votre gynécologue : c'est très bien mais ça ne suffit pas, comme leur nom l'indique, ils viennent en complément de votre propre alimentation.
Concrètement :
- Désaltérez-vous avec de l'eau régulièrement dans la journée. Évitez les boissons sucrées et ne buvez pas d'alcool. L'impact peut être catastrophique pour votre enfant.
- Mangez des légumes à tous les repas : verts, oranges, rouges… Autant de couleurs que de vitamines et antioxydants différents. Les légumes vous apportent également des fibres qui contribuent, entre autres, à la croissance des bactéries de votre intestin…
- Mangez deux fruits par jour : c'est la saison ! Profitez-en et variez les plaisirs.
Votre bébé déguste déjà toutes les saveurs grâce au liquide amniotique alors participez à son éducation alimentaire en lui faisant déguster mille goûts par ce biais.
- Préférez les féculents complets : pâtes, riz, pain qui sont plus riches en micro-nutriments comme le magnésium. Mangez des féculents à tous les repas pour vous apporter de l'énergie. Vous en avez besoin, vous et votre bébé.
- Sources de protéines : à déguster au moins une fois par jour. Privilégiez les poissons deux fois par semaine. Ils vous apportent aussi de l'iode nécessaire au développement de votre bébé.
- Produits laitiers : quelle source intéressante pendant la grossesse ! Protéines de bonne qualité biologique mais aussi calcium. Car vos besoins en calcium augmentent pendant la grossesse : ils passent à 1200 mg au lieu de 900 mg en temps normal. Les produits laitiers restent la meilleure source de calcium de notre alimentation. Savourez les fromages, yaourts, fromages blancs, milkshake…
- Matières grasses : A ne pas négliger ! Le cerveau humain, les membranes des cellules sont composées de matières grasses mais pas n'importe lesquelles. On a besoin de matières grasses de bonne qualité.
Aussi il est important d'utiliser les huiles d'assaisonnement pour un apport approprié. Et ce n'est pas facile ! Il faut trouver le bon équilibre entre les Oméga 3 (rare dans l'alimentation) et les oméga 6 (fortement présents).
L'huile Quintesens Futures Mamans, adaptée aux femmes enceintes et allaitantes, vous apporte les deux familles d'acides gras Oméga 3 et 6 dans les proportions idéales.
L'acide gras qu'est l'Oméga 3, trouvé dans les huiles est transformé par notre organisme en acides gras spécifiques (EPA et DHA), qui contribuent à améliorer nos défenses immunitaires, permettent un meilleur développement cérébral, améliorent l'acuité visuelle et sont une source d'anti-inflammatoires.
Le hic est que cette transformation se fait difficilement.
L'huile Quintesens contient également ces acides gras spécifiques que l'on trouve dans les poissons des mers froides.
Un cocktail idéal pour vous garantir le meilleur apport d'acides gras pour vous et votre bébé, à utiliser en assaisonnement de vos salades ou en filet sur le poisson ou les pâtes.
Enfin, faites vous plaisir mais n'abusez pas des produits sucrés type biscuits, bonbons ou salés et gras type chips, frites ou biscuits apéritif.
L'astuce: Organisez vos repas à l'avance pour bien les équilibrer et pensez à ajouter des légumes secs riches en fer, magnésium et fibres dans vos menus !

Vous voici parée pour un bon été savoureux et plein de bon sens pour vous et votre enfant!

Nelly PARNIERE-LELLU, diététicienne-nutritionniste spécialisée
en diététique de l'enfant et de l'adolescent.
http://www.dieteticienne-famille.fr/

1) « Le gras c'est du gras » FAUX !

Certes, les matières grasses ont toutes la même valeur énergétique (1g = 9 Kcal), mais d'un point de vue nutritionnel, il n'y en a pas deux qui se ressemblent !
On distingue trois grandes familles de graisses :

Toutes les huiles ne sont pas identiques. Loin de là et le choix des matières grasses, à priori anodin, a une véritable influence sur notre santé au quotidien.

2) « Le gras ça fait grossir » FAUX !

De quelles matières grasses parle-t-on ? Et dans quelles proportions ?
L'excès de graisses saturées associé à un manque d'activité physique favoriserait en effet l'obésité. En revanche, il a été prouvé qu'une consommation adaptée d'Oméga-3 favorise la perte de poids. Le bon gras ferait donc maigrir !
Il est essentiel de chasser cette idée reçue sur le gras « ennemi » qui conduit à une lipophobie catastrophique pour notre santé. Priver le corps de (bon) gras revient à le priver d'Acides Gras Essentiels indispensables à son bon fonctionnement avec des conséquences terribles sur un plan cardio-vasculaire, cérébral, inflammatoire.
Tous les experts s'accordent à dire que les matières grasses doivent représenter environ 35% de nos apports énergétiques quotidien. Ces apports permettent d'alimenter les membranes de toutes nos cellules, tout au long de notre vie. Une excellente raison pour être vigilant et privilégier les sources de matières grasses réellement bénéfiques pour nos cellules et notre santé au quotidien.
« Le bon gras c'est la vie » nous rappellent régulièrement nos amis Naturopathes.

3) "Il ne faut pas donner de Gras à un Bébé " FAUX !

L'étude Nutri-Bébé 2013 a montré que 80% des bébés sont carencés en matières grasses. Les chercheurs expliquent ce phénomène par la "lipophobie" qui conduit les parents à supprimer le gras dans l'assiette de leurs enfants.
Cette peur du gras prive Bébé de nutriments essentiels au moment où il en a le plus besoin pour se construire des fondations solides.
Jusqu'à 3 ans, un bébé a des besoins spécifiques auxquels seule une alimentation adaptée peut répondre. La qualité de son alimentation a une importance majeure pour sa santé avec des répercussions sur sa vie entière.
Les matières grasses représentent la seule source alimentaire d'Oméga-3, d'Oméga-6 et de DHA pour Bébé. Des nutriments qui contribuent au développement de sa structure cellulaire, de son coeur, de sa rétine et surtout de son cerveau.
Le lait maternel, aliment de référence, est naturellement riche en Oméga-3 et en DHA. Au moment de la diversification alimentaire, il est donc essentiel de continuer à lui apporter ces nutriments-clés par une alimentation suffisamment riche en matières grasses.
Mais toutes les huiles ne se valent pas !
L'huile d'olive, par exemple, ne contient pas d'Oméga-3 et pas suffisamment d'Oméga-6 pour satisfaire les besoins de Bébé. Le beurre non plus. Il faut varier les huiles et les associer en parfaite proportion

4) "L'huile d'Olive est la Meilleure pour la Santé " FAUX !

L'huile d'olive ne contient pas les acides gras essentiels les plus importants pour notre organisme : pas d'Oméga-3, très peu d'Oméga-6, pas de DHA, pas d'Acide Gras Gamma-Linolénique. Son profil lipidique, majoritairement composé d'Acide Oléique (Oméga-9), ne présente pas d'intérêt particulier d'un point de vue nutritionnel.
Ce sont les noix, les amandes, les graines de tournesol, et les poissons gras contenus dans le régime Crétois qui apportent les Oméga-3, les Oméga-6 et le DHA à notre organisme. Pas l'huile d'olive !
Les deux principales vertus de l'huile d'olive sont le goût et sa résistance à la chaleur. Alors nous pouvons légitimement nous étonner de toutes ces études sur l'huile d'olive et de tout ce battage médiatique depuis 25 ans ? Pour comprendre, il faut remonter à la fin des années 80. A cette époque, l'Union Européenne a voté, dans le cadre de sa Politique Agricole Commune, de subventionner la culture de l'Olivier, culture Européenne par excellence.
Les productions se sont intensifiées et les rendements ont explosé, générant de nombreux excédents qu'il fallait écouler à une époque où la consommation Européenne d'huile d'olive se limitait aux régions méditerranéennes.
Le meilleur moyen pour vendre du « gras » est d'exploiter le filon de la santé. L'Union Européenne a donc financé :

Les industriels ont saisi l'opportunité et ont encouragé cette tendance très rentable (1 litre d'olive se vend en moyenne 5 euros en rayon vs 2 euros pour le tournesol idéal pour multiplier son CA par 2,5 !). Unilever a ainsi lancé PUGET, Lesieur a lancé Lesieur Olive et Carapelli en France. Notre assiette du Nord au Sud était manipulée et prise en otage avec une conséquence nutritionnelle dramatique : celle d'accentuer nos déficits en Oméga-3.
25 ans plus tard, l'huile d'olive s'est imposée dans nos assiettes et est devenue incontournable en cuisine.
Vous aimez son goût : associez-la à d'autres huiles riches en Oméga-3, Oméga-6 et Vitamine E.
Vous n'aimez pas son goût : passez-vous-en sans scrupule ni crainte au profit d'huiles telles que le colza, le chanvre, ou tout mélange riche en Oméga-3, Oméga-6 et Vitamine E.

5) "Certaines huiles sont plus légères que d'autres " : FAUX !

Les huiles sont toutes composées à 100% de lipides et apportent toutes 900 Kcal / 100g. Il n'existe donc pas d'huile légère ou d'huile supposée grasse ou lourde.
Cette image « d'huile légère » a été créée dans les années 80 par Unilever et son huile de tournesol « Fruit d'Or » !
Une célèbre publicité mettait en scène le professeur Tournesol (dans Tintin) s'envolant au-dessus de sa chaise en s'exclamant: « Elle est légère, légère, légère », par opposition à l'huile d'arachide largement consommée à cette époque. Cet argument de la légèreté a laissé croire que l'arachide était une huile « grasse et lourde », et progressivement, le tournesol a ainsi remplacé l'arachide dans nos cuisines.
Aujourd'hui, cet argument (légèreté) ne pourrait pas être exploité par les industriels. La réglementation l'interdit car il n'existe pas d'huile « légère ». Il s'agit d'une allégation mensongère et trompeuse.

6) "Il ne faut JAMAIS chauffer de l'huile de Colza" : FAUX !

Pendant longtemps, les pouvoirs publics ont recommandé de ne pas chauffer les huiles riches en Acides Gras Alpha-Linolénique (Oméga-3), comme l'huile de colza, sous peine de générer des substances indésirables telles que les Acides Gras Trans, source de mauvais cholestérol ou de maladies cardio-vasculaires.

Depuis 2005, cette restriction a été abandonnée, les autorités sanitaires préférant insister sur le respect de bonnes pratiques. En fait, il est techniquement possible de chauffer une huile riche en Oméga-3, à condition que celles-ci soit composée d'au moins 50% d'Acide Oléique (Oméga-9) et qu'elle soit riche en Vitamine E. L'Acide Oléique apporte à l'huile sa stabilité à la chauffe. Quant à la Vitamine E, elle préserve l'huile de l'oxydation.
L'huile de Lin (utilisée seule), très riche en Oméga-3 mais ne contenant ni Acide Oléique ni Vitamine E, ne doit en aucun cas être chauffée ! L'huile de Colza, en revanche, supporte la chaleur. Il est tout de même préférable de l'utiliser à froid ou en fin de cuisson pour bénéficier de tous ses bienfaits et de ne pas la porter à très haute température (friture > 180°C).

7) "Oméga-3 végétal = Oméga-3 d'origine marine " FAUX !

La famille des Oméga-3 est une grande famille. Il ne faut pas mettre tous les Oméga-3 dans le même panier. Ils en existe plusieurs, très différents tant en terme de structure (chaîne courte et chaîne longue) qu'en terme de bienfaits sur notre santé.
L'industrie alimentaire a tendance à amalgamer tous les Oméga-3 pour ainsi surfer au maximum sur la tendance santé de ces merveilleux nutriments.
Dans la réalité, il convient de distinguer deux types d'Oméga-3 :

Et vous, qu'en pensez-vous ? Quels sont les gras que vous privilégiez ?

La Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel se tient du 13 au 20 octobre. L'occasion de rappeler tous les bienfaits du lait maternel pour Bébé et de faire un petit focus sur un nutriment essentiel (notamment au bon développement du cerveau de Bébé !) qui nous tient à cœur : certains lipides !
 
Pourquoi le lait maternel est-il l'idéal nutritionnel pour Bébé ?
 
Ce liquide extrêmement riche en nutriments essentiels au bon développement de Bébé a été fabriqué sur-mesure pour lui ! La nature est bien faite J car à mesure que Bébé grandit, la composition de votre lait s'adapte à ses besoins de croissance.
Le lait qu'une femme produit à la naissance de son enfant est bien différent de celui du lait de vache. Saviez-vous que le petit veau double son poids de naissance en deux mois alors qu'il en faut six au petit bébé homme ?! A l'inverse, le cerveau du petit veau se développe deux fois moins vite que celui du bébé humain. Logique, puisque ses besoins en nutriments nécessaires à la croissance du système nerveux sont bien moins importants !
Parmi ces fameux nutriments : galactose, lactose et acides gras insaturés, tous les trois indispensables à la fabrication de la « gaine de myéline », élément constituant des cellules nerveuses.
 
 
Quels sont les lipides essentiels contenus dans le lait de Maman ?
 
On l'a vu, le lait maternel est un trésor de nutriments intelligent. Les protides, glucides, vitamines et sels minéraux du lait maternel sont bien différents de ceux du lait de vache (quantité et nature). Mais faisons un petit focus plus particulier sur les lipides.
« Dans la famille des lipides, je demande les « acides gras insaturés ».
Et dans la famille des « acides gras insaturés », je demande les « acides gras mono-insaturés » (oméga-9) et surtout les « acides gras poly-insaturés » (oméga-3 et oméga 6) !
Ça vous paraît compliqué ? Oui, le corps humain est une machine complexe qui a besoin de minuscules « briques » spécifiques pour bien se développer et fonctionner !
Pour faire simple, les oméga-3 sont dits « essentiels » car l'organisme ne sait pas les fabriquer tout seul alors qu'ils sont absolument nécessaires à la vie. Ils doivent donc être apportés par l'alimentation, et dans le cas de Bébé, l'aliment idéal reste le lait maternel car il en est particulièrement riche.
 
 
Comment faire en sorte que votre lait soit riche en oméga-3 ?
 
Pour optimiser la composition de votre lait, si vous allaitez Bébé, veillez donc à consommer suffisamment d'huiles végétales riches en oméga-3, comme l'huile de colza et l'huile de lin ou de Cameline, mais surtout des huiles de poisson sauvage qui sont les seules à apporter du DHA, « l'oméga-3 du cerveau ».
Le taux d'oméga-3 et de DHA dans le lait maternel est en effet directement proportionnel à l'alimentation de la maman.
Parmi les nombreuses études disponibles, une étude allemande sur la femme enceinte a démontré que la consommation de 200 mg/jour de DHA doublait les niveaux de DHA dans le lait maternel, par rapport au groupe témoin.1
Ce DHA est essentiel et joue un rôle important dans le développement du système nerveux central et de la rétine, ainsi que dans l'immunité et le contrôle de l'inflammation. En outre, le DHA fait partie des constituants majeurs des membranes cellulaires, en particulier du tissu cérébral.
Vous trouverez du DHA dans les algues, crustacés et les poissons gras tels que saumon, maquereau, sardines, anchois, thon… Mais pour couvrir vos besoins et ceux de votre bébé, il va falloir en consommer au moins 2 à 3 fois par semaine en veillant à les acheter de bonne qualité !
Pour vous simplifier la vie, chez QUINTESENS, nous avons conçu une huile sur-mesure pour les femmes enceintes ou allaitantes, riche en oméga-3, dont le précieux DHA… J. Une consommation quotidienne d'huile QUINTESENS « Futures Mamans » couvre 80% de vos besoins en Oméga 3 et près de 50% de vos besoins en DHA !! Vous pouvez allaiter tranquille ! J
A utiliser sur vos salades et dans vos plats de tous les jours, tout simplement ! Bon appétit les mamans !
1) Bergmann RL, Haschke-Becher E, Klassen- Wigger P, et al. (2008).

Vos enfants ont attaqué l'école et leur petit cerveau est mis à rude épreuve ; concentration, réflexion, mémoire… Ça carbure dans nos chères petites têtes blondes !
Pour les aider à mettre toutes les chances de leur côté, pensez à leur donner de bons acides gras pour booster leur cerveau… dès le petit déjeuner !

Les lipides, nutriments indispensables pour les écoliers

Le cerveau est l'organe le plus gras du corps ! On comprend donc mieux pourquoi l'Agence Française de la sécurité Alimentaire insiste pour que les lipides représentent 35 à 40% de l'apport énergétique des enfants !
Leur cerveau qui a tant à découvrir et à apprendre a besoin d'acides gras essentiels pour bien fonctionner. Parmi ces acides gras, les omégas 3 DHA permettent la formation et l'entretien des neurones. Ils participent aussi au transport du glucose, le principal carburant du cerveau.
Le DHA serait même directement lié à l'apprentissage ! Les huiles de poissons sauvages en sont la principale source. Elles ont un impact scientifiquement prouvé sur le comportement des enfants. Ceux qui ont un taux élevé d'oméga-3 DHA ont moins de difficultés de concentration et démontrent moins d'hyperactivité* et de difficultés émotionnelles.
De l'huile au petit-déjeuner; on dit oui !
Plusieurs études démontrent que les performances mentales des enfants sont moins bonnes lorsqu'ils sautent le petit déjeuner. Mais pour que ce repas soit réellement bénéfique à votre enfant, préparez-lui ce qu'il y a de meilleur.
Voici la recette d'un petit déjeuner à la fois sain et délicieux : le smoothie énergétique !
Préparez-le avec votre enfant le matin. Ce sera une occasion ludique de lui parler de toutes les bonnes choses qui composent cette « crème ».
Mixez dans un blender :
- 1 grosse banane
- 1 poignée d'amandes
- 1 demi jus de citron
- 3 dattes
- 1 cuillère à café d'huile adaptée à ses besoins, comme l'huile QUINTESENS Enfants
- un demi-verre de lait végétal riche en calcium (lait de riz enrichi en calcium ou amandes, ou châtaigne…)
Une fois cette crème versée dans le bol de votre enfant, ajoutez, selon les goûts : une demie-pomme coupée en dés et/ou une cuillère à café de germe de blé et/ou une cuillère à café de pollen frais, etc.
Pour varier les goûts, les plaisirs et les nutriments, laissez libre voie à votre imagination : noisettes, noix du Brésil, noix de Pécan, raisins secs, figues séchées, abricots secs…
Et hop, c'est parti pour une journée en pleine forme et sans petit creux à 10h !
Source : Transler et. al. The impact of polyunsaturated fatty acids in reducing child attention deficit and hyperactivity disorders. Journal of attention disorders. 2010.

Le Bio a souvent été restreint au domaine alimentaire, mais des produits du quotidien pour bébé se sont mis aussi au Bio. Nous avons tous nos raisons de préférer acheter Bio: protéger la planète, proposer à notre bébé des produits naturels… Pour mieux consommer, voici une petite sélection des différents produits Bio que l'on peut trouver pour Bébé :
 
Les cosmétiques pour une peau protégée
Le nourrisson possède une peau très fine car elle contient peu de graisse pour la protéger. Elle est donc très vulnérable et ce n'est que vers 4 ans que la peau développera sa fonction protectrice. Ce n'est qu'à l'âge de 12 ans que l'enfant aura la même résistance de peau que celle d'un adulte. Il est donc primordial de choisir des produits qui n'agressent pas la peau de Bébé. Comparés à la cosmétique traditionnelle (issue de la chimie pétrolière), les produits Bio sont composés à 95% d'origine végétale. Ces produits naturels contiennent beaucoup moins de substances chimiques et sont ainsi beaucoup moins agressifs pour la peau. Il existe ainsi de nombreux cosmétiques Bio adaptés pour les bébés : gel lavant, crème protectrice, lait de toilette, lotion nettoyante…
 
Les couches lavables
Pour réduire les déchets, au lieu d'utiliser la couche jetable traditionnelle, il existe des couches lavables réutilisables. L'intérêt de les utiliser est de consacrer un budget plus réduit. En effet, en moyenne, sur 3 ans, le budget consacré aux couches jetables est d'environ 1600 euros, alors qu'avec les couches lavables le budget est d'environ 300 euros. C'est aussi un bien-être pour Bébé car il n'y a aucune substance chimique, et les érythèmes fessiers sont considérablement réduits. L'inconvénient est de devoir faire une lessive tous les deux/trois jours. Il existe des kits d'essai de couches lavables Bio afin de les tester et de voir si cette méthode vous correspond.
Accessoires Bio pour le sommeil de Bébé
Il existe des gigoteuses, des tours de lit, des édredons et des draps housse en coton issu de l'agriculture biologique. On peut également trouver des doudous composés de coton 100% naturel et issu de l'agriculture biologique. Ils sont hypoallergéniques et ont une résistance aux bactéries. Cela permet ainsi d'avoir des accessoires “sains”, sans substance chimique.
 
 
Vous pouvez retrouver ces accessoires Bio sur des sites spécialisés dans le domaine de la puériculture comme celui de Petite Frimousse qui propose des produits Bio spécialement conçus pour Bébé.

C'est enfoncer une porte ouverte que d'affirmer que l'alimentation est à l'origine du capital santé des nos enfants. Mais l'alimentation est bien plus que cela !
Si elle est essentielle à la construction de leur fondation physiologique, elle participe également à leur développement moteur et social, et à leur éveil sensoriel.
De manière unanime les experts en nutrition s'accordent sur l'importance d'une alimentation saine, variée, équilibrée et cela dès la diversification alimentaire.
Mais comment faire pour amener l'enfant à manger varié et équilibré dès son plus jeune âge, afin qu'il conserve ces habitudes en grandissant ?
 

De façon innée, l'enfant a une préférence pour le gras et le sucré, dont il se contenterait si nous ne tentions pas de l'ouvrir aux autres aliments.
Dès la diversification alimentaire, et avant qu'une néophobie alimentaire ne se déclare, il est important de faire goûter le plus possible d'aliments différents à votre bout'chou afin d'élargir au maximum son répertoire alimentaire. En effet, entre 2 et 5 ans, très souvent (chez environ 80% des enfants), l'enfant devient néophobe, c'est-à-dire qu'il se méfie ou refuse de consommer les aliments nouveaux, et se contente de tout ce qui est connu. Il est alors très difficile de lui faire découvrir de nouveaux aliments. Cette situation cesse généralement après 5 ans.
Il a notamment été démontré que le fait d'introduire une grande variété de légumes durant les premiers mois de la diversification alimentaire augmente plus tard l'acceptation d'une plus grande variété d'aliments chez l'enfant.
Faites donc manger de tout à votre enfant, en favorisant bien-sûr les aliments sains, tout en respectant son appétit.

Des études ont largement démontré qu'après avoir goûté une dizaine de fois un aliment, votre enfant finit par l'aimer, et cela de façon durable. Faites-lui goûter juste une toute petite bouchée, en terminant par un aliment qu'il aime, et répétez l'opération de temps en temps, pour qu'il s'habitue peu à peu au nouvel aliment et finisse par l'intégrer à son répertoire d'aliments connus et aimés. Incitez-le à goûter, insistez un peu mais ne le forcez pas car cela peut provoquer un rejet. Vous pouvez aussi associer directement l'aliment nouveau à des aliments qu'il connaît et qu'il aime, par exemple dans une tarte salée, un flan de légumes…
Vous pouvez aussi tenter de présenter chaque fois l'aliment sous différentes formes pour qu'il soit plus facilement accepté : cru, cuit, en purée, soupe…

Pour amener plus facilement votre bambin à manger les aliments qu'il aime moins, n'hésitez pas à les mettre en valeur. Mettez-les en scène de manière amusante, en jouant sur les couleurs, des formes rigolotes (un bonhomme avec des légumes par exemple)…
 

 
Cuisiner en famille peut aussi être une bonne solution car l'enfant va être fier et va avoir envie de manger ce qu'il a préparé.
 
Il existe un jeu sur l'équilibre alimentaire que nous vous conseillons, « Le p'tit toqué », pour apprendre à vos p'tits bouts à bien se nourrir tout en s'amusant. Vous le trouverez sur le site internet www.jeu-le-ptit-toque.com .
Pour familiariser votre enfant avec les fruits et légumes, vous pouvez lui proposer et l'aider à réaliser son petit potager (cela peut également être une jardinière à la fenêtre ou sur le balcon si vous n'avez pas de jardin : Cliquez ici pour découvrir une astuce de potager suspendu).

Manger à table en famille est important pour l'équilibre de votre enfant, et il devrait manger la même chose que les parents. Des études ont montré que dans ce cas, les enfants avaient une meilleure alimentation et étaient moins difficiles ensuite que les enfants ayant des plats préparés spécifiquement pour eux. De plus, les plats des parents sont en général bien plus riches en nutriments essentiels.
Evitez les grignotages, et apprenez-lui à attendre le repas. Si votre enfant a vraiment faim bien avant que le repas ne soit prêt, proposez-lui éventuellement de manger un fruit comme collation. La fois suivante, faites en sorte que son repas soit suffisamment copieux pour qu'il puisse tenir jusqu'au repas suivant. Mais retenez que la clé de l'équilibre est de ne rien interdire ni imposer, il faut essayer de lui faire adopter des habitudes saines en lui montrant l'exemple.

L'allaitement maternel favorise également la diversité alimentaire lors de la diversification. L'enfant est ainsi habitué aux changements de saveurs car le goût du lait maternel varie en fonction de l'alimentation de la maman.

Les machines à pain vous permettent de préparer votre pain en un rien de temps ! Vous pouvez même programmer votre machine pour retrouver votre pain chaud en rentrant à la maison après une dure journée, ou le récupérer encore fumant au réveil pour le p'tit déj ! Cela donne tout de suite le sourire !
 
Vous pouvez obtenir une machine efficace dès 40 euros environ.
Pour les plus courageuses : vous pouvez faire votre pain dans un four traditionnel avec les mêmes ingrédients.
On trouve de nombreuses recettes de pain, mais toutes ne se valent pas. Pour vous éviter les échecs, je vous donne ma recette préférée 😉 , obtenue après différents essais :
 
Recette pour un pain de 750 g :
Mettre 280 g (=ml) d'eau tiède dans la machine à pain, y ajouter un sachet de levure boulangère et patienter quelques minutes. Ajouter 500 g de farine de blé puis une cuillerée à café de gros sel ; et lancer le programme (sur « pain normal ou classique » pour une farine de type T80 (=farine bise) ou T110 (=farine semi-complète) ; et sur « pain complet » pour une farine de type T150 (=farine complète) ou T170 (=farine intégrale)).
Remarque : plus la farine est complète, moins le pain va lever, il sera plus compact. Un bon compromis est la farine de type T80 (plus facilement trouvée dans les commerces) ou T110.
Pour trouver des farines Bio complètes ou intégrales, il faut se rendre dans un magasin Bio.
 

Quelle farine j'utilise ?

Le « T » (type) est la part de l'enveloppe (le son) du grain de blé incorporée dans la farine. Cela représente le degré de raffinage. Plus le chiffre T est élevé, plus la proportion d'enveloppe dans la farine est importante, et donc plus la farine contient de fibres.

La farine blanche ne contient que l'amande du grain (et donc ne contient pas de fibres). D'autres farines contiennent également le germe et une partie de l'enveloppe, voir tout le grain, ce sont les farines complètes ou intégrales.
On a les farines de type T45 (farine la plus blanche, utilisée pour les pâtisseries et les viennoiseries), et cela va jusqu'à T170 (farine intégrale (la plus complète et plus riche en fibres)).
 
Pourquoi une farine Bio ?
La qualité "Bio" permet de s'assurer, en plus de la qualité de culture des grains, qu'aucun additif n'a été ajouté à la farine. De plus, l'enveloppe est la partie du grain de blé la plus exposée aux pesticides lorsque la plante n'est pas cultivée biologiquement. C'est donc une fausse bonne idée que de consommer des produits complets s'ils ne sont pas Bio car ils sont riches en … pesticides ! Quand vous consommez de la farine complète, choisissez-la Bio !
 
Les fibres alimentaires, à quoi ça sert ?
Les fibres régulent l'absorption des glucides et des lipides. Après un repas riche en fibres, celles-ci se gorgent d'eau dans l'estomac et gonflent, ce qui provoque rapidement une sensation de rassasiement (nous mangeons donc moins) et permet de couper la faim pendant plusieurs heures, jusqu'au repas suivant.
De plus, les fibres favorisent le transit intestinal et nettoient le tube digestif, mais permettent aussi de réduire les apports énergétiques, le cholestérol total, ainsi que l'augmentation de la glycémie ; et préviendraient l'apparition de nombreux cancers ! Donc mangeons des fibres !! Toutefois, ne pas en abuser car elles possèdent un effet laxatif et peuvent inhiber l'absorption de certains minéraux comme le calcium ou le phosphore si l'alimentation est trop riche en fibres.
Quels avantages à faire mon pain moi-même ?

 
Pour les allergiques ou intolérants au gluten, pas de panique! Il existe des farines sans gluten, comme la farine de riz, châtaigne, quinoa, sarrasin, maïs… et beaucoup d'autres !
Mais attention, un pain sans gluten a plus de mal à lever, donc il est souvent conseillé de mélanger plusieurs farines, de rajouter de l'amidon, et d'incorporer davantage de levure (plutôt 1,5 sachet pour 500 g de farine), afin d'obtenir un pain plus aéré.
Je n'ai pas encore testé, mais pour ceux qui ont essayé, n'hésitez pas à nous faire part de vos expériences et à partager votre recette favorite! 😉
 
Pour celles (et ceux !) qui ont du temps, vous pouvez aussi faire vos confitures, compotes et yaourts… maison, c'est tellement meilleur ! 😉
 
On a testé pour vous !
12 Flore de QuinteSens vous a donné toutes les clés en main pour réussir votre pain à vous 😉
"Durant une année passée en Espagne, où il était difficile de trouver du bon pain, je me suis acheté une machine à pain et j'ai alors commencé mes premières expériences ! Après avoir essayé différentes farines et ajouté des graines, je me suis amusée à réaliser des pains figues-noix, abricots-raisins-noisettes... pour le plus grand plaisir de mon colocataire espagnol ! Allez, on se motive les filles ! :-)"

Rejoignez la révolution

Nous vous partageons régulièrement nos recettes et actus engagées !
Picto Instagram
Visuel poing révolution Quintesens
chevron-downcross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram